Une pluie torrentielle, une longue échappée et un top 5 pour Thibaut Pinot

Au lendemain d’un Paris-Roubaix boueux, les coureurs participant à la Coppa Bernocchi ce lundi en Lombardie n’ont pas été bien plus gâtés. L’intégralité de la course s’est ainsi disputée sous des trombes d’eau, et Thibaut Pinot a profité des conditions pour se mettre en valeur. Le Franc-Comtois s’est isolé avec cinq coureurs à 140 kilomètres de l’arrivée, et n’a jamais été revu. Il s’est au final adjugé la cinquième place d’une course remportée en solitaire par Remco Evenepoel. Une sacrée journée pour débuter une semaine capitale.

Chasse gardée des sprinteurs depuis plusieurs années, la Coppa Bernocchi présentait cette année encore une profil peu sélectif autour de Legnano, malgré un circuit bosselé à couvrir six fois après le premier quart de course, et avant le dernier quart. Un élément est toutefois venu perturber un scénario écrit d’avance. Présente du départ à l’arrivée, une pluie diluvienne a rebattu les cartes ce lundi, si bien que la traditionnelle échappée matinale ne s’était pas encore formée après cinquante kilomètres. « On savait que les conditions allaient être un peu dantesques et qu’il y avait de fortes probabilités pour qu’on ait la pluie une bonne partie de la journée, ce qu’il s’est passé, résumait Sébastien Joly. On avait du coup demandé aux gars de se mettre bien dedans et de rester bien concentrés autour de Thibaut et David. En théorie, on n’avait pas grand-chose à gagner avec cette possible arrivée au sprint, mais on se doutait que la course pouvait être bien différente au regard des conditions météo ». Le peloton a ainsi abordé le premier tour du circuit du Val d’Olona groupé, mais s’est retrouvé en pièces détachées peu de temps plus tard, après le premier passage sur le Piccolo Stelvio (1,5 km à 6,5%). « Thibaut était très vigilant aujourd’hui, d’autant plus quand il a vu qu’Evenepoel était très actif, reprenait Sébastien. Il a bien lu la course, il est d’abord sorti dans un groupe de 30 puis ils sont ressortis dans la foulée ».

« J’ai fini bien rincé », Thibaut Pinot

« De base, c’était plutôt une course de préparation, assurait Thibaut. Mais on est arrivés dans les bosses et c’est sorti à la pédale. J’étais placé, j’ai suivi Remco Evenepoel et on s’est retrouvés à six. Ensuite, ça a été un bras de fer avec le peloton jusqu’à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée. C’est à ce moment-là qu’on a compris qu’on se jouerait la victoire ». Aux côtés du Franc-Comtois figuraient donc le prodige belge, son coéquipier Fausto Masnada (Deceuninck-Quick Step), mais également Alessandro Covi (UAE Team Emirates), Samuele Battistella (Astana Premier Tech) ainsi qu’Antonio Puppio (Qhubeka-NextAsh). Deux autres coureurs sont sortis en poursuite, en vain, et le groupe de tête n’a alors cessé d’augmenter son avance sur le peloton, pointé à quatre minutes à la mi-course, et qui n’a dès lors su être en mesure de reprendre du terrain. À l’issue des six tours du circuit intermédiaire, les six hommes de tête demeuraient roue dans roue, mais la décision s’est faite peu après. « Remco a attaqué à environ trente kilomètres, juste avant le pied de la bosse, et je sentais que je commençais à être bien cuit, glissait Thibaut. Tout le monde était dans le même état, sauf lui. Celui qui aurait fait l’effort pour suivre l’aurait payé dans la bosse suivante. Dès lors, c’était un peu sauve-qui-peut ».

Dans son style habituel, Evenepoel a irrémédiablement creusé l’écart sur ses poursuivants, qui n’ont pu batailler que pour les places d’honneur dans les cinq derniers kilomètres. « J’étais bien cuit pour jouer le podium, concluait Thibaut. C’est dommage car c’était l’objectif, mais j’ai fini bien rincé ». Le grimpeur de la Groupama-FDJ a finalement hérité de la cinquième place du jour, au terme d’une longue échappée qu’il n’avait sans doute pas envisagée au départ. « S’il n’avait pas plu, ce serait arrivé au sprint, dit-il avec certitude. Les conditions ont rendu la course très dure ». « Il a pu passer une bonne journée devant, ça lui a permis de se rassurer, mais la journée a aussi été éreintante et c’est pourquoi il sera mis au repos demain », ajoutait Sébastien Joly en évoquant les Trois Vallées Varésines. « Pour les autres, ça a été plus difficile aujourd’hui. Dans le final, le peloton a même été arrêté car Evenepoel était sur le point de reprendre un tour. Ça fait partie du jeu sur les courses en circuit. Certains ont eu un peu froid mais ça avait l’air d’aller dans l’ensemble. L’avantage est que les températures n’étaient pas basses aujourd’hui, et c’est un moindre mal ».  

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr