Une issue déchirante pour Thibaut Pinot

Ce moment qu’il attendait depuis si longtemps était à portée de main… À un kilomètre près, Thibaut Pinot retrouvait ce jeudi le goût de la victoire, – le seul qui compte, comme le lui rappelle constamment son tatouage au bras droit. Lors de la quatrième étape du Tour des Alpes, le grimpeur franc-comtois s’est d’abord battu pour intégrer l’échappée du jour, dont il s’est plus tard montré le plus fort dans l’ascension finale. Toutefois, la proximité du peloton a permis à Miguel Angel Lopez de le rattraper sous la flamme rouge, puis de le distancer. Le vainqueur du Tour de Lombardie a dès lors hérité d’une deuxième place « crève-cœur » sur la ligne, mais il a assurément pris rendez-vous.

Ce jeudi, le Tour des Alpes entrait en territoire autrichien. Ceci après seulement quinze kilomètres de course depuis le départ donné de Villabassa, dans cet avant-dernier acte. Au moment de franchir la frontière, une échappée de onze coureurs se dessinait d’ailleurs déjà devant le peloton, mais sans membre de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ. « On avait décidé d’attendre car le premier col arrivait au bout de vingt kilomètres, exposait Thierry Bricaud. On ne pouvait pas se permettre d’attaquer à tout-va. Attila, Michael et Lenny n’auraient pas eu de bon de sortie, étant placés au général, et il ne nous restait donc que Thibaut, Matteo et Reuben. J’avais d’ailleurs demandé à Reuben d’essayer de filtrer un peu et de rouler si besoin dans la vallée afin que l’échappée ne prenne pas trop de temps. C’est ce qu’il a essayé de faire. Thibaut et Matteo sont alors ressortis dans la bosse, mais tout est rentré dans l’ordre au sommet, après trente kilomètres. Il y a ensuite une descente sur une route un peu pourrie et il y a eu une grosse chute. On est miraculeusement passé à travers. Le peloton a ensuite temporisé pendant un moment, afin que tout le monde revienne ». La course a repris de plus belle après soixante bornes, et Thibaut Pinot a réussi à intégrer un groupe de quinze hommes qui a fait le trou. « Prendre l’échappée n’a pas été simple, j’y ai laissé pas mal de cartouches, confiait l’intéressé. J’avais loupé l’échappée de peu hier, j’étais très frustré, donc j’étais vraiment revanchard aujourd’hui. Une fois que j’y étais, le plus dur était fait ». « Il était bien attentif, mais il nous a peut-être manqué un coureur devant pour l’aider, glissait Thierry. Cela aurait été royal ».

« Ça m’aurait vraiment fait du bien de gagner », Thibaut Pinot

D’autant plus que l’attitude du peloton n’a jamais véritablement été laxiste. L’écart est certes monté jusqu’à 2’30, mais c’est bien le maximum qui a été accordé par les équipiers du leader Pello Bilbao. « C’était compliqué dans l’échappée, ça roulait très mal et on n’a donc jamais eu beaucoup d’avance, spécifiait Thibaut. L’entente n’était pas très bonne, et c’est pour cette raison qu’on avait si peu d’avance au pied du dernier col ». « On voulait nous que le groupe vive bien, mais quand il y a Thibaut Pinot dans une échappée, quand bien même on sait qu’il n’est pas encore à 100%, il focalise malgré tout beaucoup l’attention, argumentait Thierry. C’est d’ailleurs normal. Du coup, ça s’est regardé un peu à l’approche de la bosse finale, ça s’est monté un peu dessus, et ces quelques secondes perdues dans la vallée ont été préjudiciables ». Au pied de l’ascension de treize kilomètres, par paliers, vers l’arrivée, un quatuor s’est même détaché de l’échappée. Thibaut Pinot n’a débuté la montée qu’une dizaine de secondes plus tard, avec le peloton menaçant seulement une minute derrière. Dans les pentes les plus difficiles, le Franc-Comtois a tenté de manœuvrer au mieux, de remonter progressivement, et a finalement décroché tous ses adversaires un à un pour se retrouver en solitaire à dix bornes du but. Au moment d’entamer des portions plus roulantes, son avantage n’était toutefois que d’une quarantaine de secondes. « Quand je me suis retrouvé seul en tête, j’ai repensé aux deux dernières années, expliquait-il. C’est ce qui m’a donné de la force pour aller au-delà de la souffrance, car honnêtement, ce n’était que ça à ce moment-là. Les dix derniers kilomètres étaient très, très longs ».

À seulement quatre bornes de la ligne, l’écart s’est réduit à trente secondes et Miguel Angel Lopez a alors surgi du peloton pour prendre en chasse le grimpeur tricolore. La marge s’est rétrécie au fil des hectomètres, malgré les relances incessantes de Thibaut Pinot, mais le Colombien, plus frais, est bien parvenu à revenir sous la flamme rouge. Au contre immédiat de son adversaire, le leader de la Groupama-FDJ a tenté de répondre en serrant les dents, mais a dû se résoudre à le laisser filer à 700 mètres de l’arrivée. Au terme d’un final aussi haletant que déchirant, Thibaut Pinot a de fait dû se « contenter » d’une deuxième place, qui lui a d’abord fallu digérer. « Ce soir, il y a surtout de la déception de passer si près de la victoire, confiait-il plus tard, à tête reposée. Ça se joue à des détails. Avec 5-6 secondes de plus en bas de la dernière bosse, ça aurait pu le faire… C’est frustrant ». « Thibaut a fait une très belle montée, il n’y a rien à dire, assurait Thierry. Il a su bien gérer son effort, mais il y avait des parties qui étaient relativement favorables au peloton. Il a juste manqué un Thibaut à 100%, qu’il n’est pas encore aujourd’hui. On va retenir qu’il n’était pas impérial il y a encore une semaine, mais que ça revient maintenant tout doucement. C’est la bonne nouvelle du jour ». Le Haut-Saônois enchaînait : « Il y a forcément du positif, mais ça m’aurait vraiment fait du bien de gagner. J’ai repensé à tout ce que j’ai traversé, mais malheureusement, ça ne l’a pas fait. Je vais être patient. Je sais que beaucoup attendent ma prochaine victoire. Moi aussi, et ce sera un tel soulagement quand je gagnerai de nouveau que rien ne sera plus jamais pareil ».

« C’est un champion, et ces gènes-là, il ne les a pas perdus », Thierry Bricaud

« C’est normal qu’il soit touché, reprenait Thierry, car Thibaut reste un gagneur. Il sait qu’il n’est pas passé loin d’avoir une vraie éclaircie après deux ans de galère. Je comprends sa frustration mais je reste personnellement convaincu qu’on va retrouver le vrai Thibaut dans peu de temps. C’est une évidence au vu de ce qu’il a montré aujourd’hui. On ne fait pas ce qu’il a fait dans la montée finale par hasard. C’est un champion, et ces gènes-là, il ne les a pas perdus. J’ai vu une esquisse de sourire chez lui tout à l’heure, il sait qu’il est sur la bonne voie. Il a maintenant besoin d’une victoire pour conforter cela, mais on s’y dirige tout doucement ». Quelques secondes derrière Thibaut Pinot, un petit peloton de favoris incluant Attila Valter (10e) et Michael Storer (14e) en a terminé à quinze secondes du lauréat. Le Hongrois reste donc troisième du classement général, à douze secondes du leader, à la veille du combat final autour de Lienz. « Demain, ce sera à mon avis une étape pour le général, mais si Thibaut a bien récupéré et qu’il a de bonnes jambes, il pourra peut-être jouer, d’autant qu’il a une marge de manœuvre, concluait Thierry. Le gros paramètre sera la météo, car les conditions sont annoncées difficiles. Ça va changer la donne. L’étape sera concentrée, avec pas mal de difficultés, courtes, mais avec de gros pourcentages. Je ne perds pas de vue qu’on est troisième du général avec Attila, que Michael est dans le coup aussi, et que Lenny (14e) est également en embuscade. Ce sera dur demain, mais il y a encore des choses à aller chercher ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr