Un dernier podium pour la route

Si les coureurs de la Conti Groupama-FDJ n’ont pas encore tous complètement terminé leur saison, l’équipe, elle, a dimanche participé à sa dernière course en ligne de l’année 2021. Dans la droite lignée de ce qu’elle a proposé tout au long des derniers mois, la formation bisontine s’est accaparée d’un nouveau podium, sur Paris-Tours Espoirs, grâce à la troisième place de Marijn van den Berg. Une belle conclusion à une formidable saison.

« Peut-être qu’il y avait moyen de faire mieux », Jérôme Gannat

Quelques heures avant « les grands », c’est sur un parcours tout à fait similaire, simplement raboté de ses trente-cinq premiers kilomètres, que les coureurs espoirs s’élançaient pour leur Paris-Tours, depuis Bonneval. À l’occasion de cette ultime course en ligne, et en équipe, de la saison pour la « Conti », Jérôme Gannat pouvait ce dimanche s’appuyer sur Marijn van den Berg, Lewis Askey, Enzo Paleni, Laurence Pithie ainsi que Rait Ärm. « C’était un Paris-Tours Espoirs au schéma assez classique », indiquait le directeur sportif du groupe. Après un début de course disputé, trois coureurs, puis quatre autres, sont allés former l’échappée du jour, qui a disposé d’une marge maximale de trois minutes et trente secondes. « À Vendôme, le peloton s’est tendu mais ça n’a pas cassé, reprenait Jérôme. À 52 kilomètres de l’arrivée, on est arrivés dans les chemins de vignes et il y a eu beaucoup de tension. Il y a eu de nombreuses chutes mais on a été épargnés car on était bien placés. À la sortie de la première séquence de trois secteurs, le peloton était réduit à 50-60 coureurs mais on avait toujours nos cinq gars. C’était parfait ». Les côtes et les chemins de graviers se sont alors enchaînés, et les derniers échappés ont finalement rendu les armes dans l’enchaînement de la côte de la Vallée Chartier et du huitième secteur du jour. Soit à environ vingt bornes du but.

« C’est aussi là où Hvideberg a attaqué, dans cet avant-dernier secteur où Alexys s’était également détaché il y a deux ans, signalait Jérôme. On avait identifié ce moment clé mais on n’a pas pu l’accompagner. Lewis a essayé de réagir à contretemps, de faire la jonction seul mais il n’a pas réussi ». Récent vainqueur sur la Ronde de l’Isard, le Britannique s’est servi de la dernière bosse du jour comme rampe de lancement, à dix kilomètres de la ligne, mais son entreprise a été neutralisée par ce qu’il restait du peloton. « On était quatre dans un groupe de vingt-cinq avec Enzo, Lewis, Rait et Marijn. Laurence était lui dans un deuxième groupe suite à un saut de chaine, détaillait Jérôme. La consigne était simple : si on avait personne devant à la sortie des dernières difficultés, l’objectif était de favoriser un sprint pour Marijn. On a essayé de rouler, mais c’était un peu timide, et Lewis a eu un gros coup de moins bien et n’a pas pu réellement aider. Qui plus est, il y avait vent de dos, et c’était donc plus simple pour l’homme de tête de résister ». Seul coureur à être parvenu à s’extraire de la masse, Jonas Iversby Hvideberg s’est donc imposé sur l’avenue de Grammont tandis que le « peloton » en a terminé une trentaine de secondes plus tard. Au sprint, Marijn van den Berg a accroché la troisième place du jour derrière son compatriote Casper van Uden. « Le bilan est positif car on a un coureur sur le podium, mais peut-être qu’il y avait moyen de faire mieux avec l’équipe qu’on avait, glissait Jérôme. Maintenant, Hvideberg était clairement un favori. Il court habituellement en Conti Pro ».

« De loin notre saison la plus aboutie », Jérôme Gannat

Pourvoyeur de deux succès pour la Conti cette année – et de cinq autres pour sa sélection nationale -, Marijn van den Berg est aussi venu ajouter un sixième podium à son bilan 2021 sous le maillot Groupama-FDJ. « C’était ma dernière course dans la catégorie Espoirs, donc j’étais très motivé et je voulais vraiment faire quelque chose de bien, commentait le Néerlandais de 22 ans. On avait une grosse équipe, Lewis était costaud, et on était encore quatre dans le premier groupe dans le final, ce qui était bien. Un mec très fort a réussi à résister, c’est dommage, mais on a essayé de faire au mieux pour le sprint. Je fais troisième à l’arrivée et je suis content de terminer par un podium. Je ne suis pas extrêmement déçu. Je voulais évidemment gagner aujourd’hui, mais j’étais vraiment fatigué sur le final ». Ce nouveau podium vient s’ajouter aux trente-sept précédents acquis par la Conti cette année, dont neuf ont été gravis sur la plus haute marche. Avant le Chrono des Nations pour Enzo Paleni, le championnat de Grande-Bretagne pour Joe Pidcock et une dernière pige avec la WorldTour pour Alexandre Balmer, Jérôme Gannat pouvait donc jeter un œil satisfait dans le rétroviseur. « Dans les classements par équipes, on est 48e alors qu’on était 150e l’an passé, ponctuait-il. On aurait aimé que l’année se termine par une victoire, mais ça reste une très bonne saison. Le point le plus positif est que tous les coureurs ont progressé entre le début et la fin d’année. Les douze de l’effectif ont été acteurs, et ils ont tous apporté quelque chose à l’équipe à un moment donné. Tout le monde a vraiment participé à la dynamique collective. C’était notre troisième saison, et c’est de loin la plus aboutie ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr