Trois podiums supplémentaires pour la Conti

Dans la droite lignée de sa saison 2021 très prolifique, la « Conti » Groupama-FDJ a de nouveau joué les premiers rôles à l’occasion d’À Travers les Hauts-de-France (2.2), de vendredi à dimanche. Si l’équipe bisontine n’est pas parvenue à s’imposer, elle s’est tout de même octroyée deux podiums d’étapes et la troisième place finale par l’intermédiaire du Néerlandais Marijn van den Berg.

La composition du groupe dirigé par Jérôme Gannat ne laissait guère de doute quant au terrain qui se profilait dans les Hauts-de-France. Ce sont Marijn van den Berg, Lewis Askey, Laurence Pithie, Antoine Raugel, Enzo Paleni et Rait Ärm qui formaient ainsi le groupe pour ce nouveau week-end de compétition. « C’était un terrain plat et surtout sans vent, présentait Jérôme Gannat. Il n’y en a pas eu sur les trois jours de course et c’était une donnée importante, car il peut habituellement y avoir énormément de bordures dans le coin. Il y avait aussi quelques secteurs pavés samedi et dimanche, mais ils étaient placés bien trop loin de l’arrivée pour avoir un réel impact. Nous avons donc eu trois arrivées au sprint et le classement général s’est joué aux bonifications. Pour notre part, on avait pris l’option de miser sur Marijn dès le départ, avec Lewis en tant que lanceur ». Le Néerlandais a dès lors signé la troisième place lors de la première et de la deuxième étape, ainsi que la sixième lors du dernier acte, où son coéquipier britannique s’est pour sa part octroyé la cinquième position.

« Il nous a manqué un petit truc à chaque fois », Jérôme Gannat

Jérôme Gannat relatait les divers scénarios : « Avant toute chose, les sprints étaient assez houleux. Il y a eu des chutes à proximité de l’arrivée le premier et le troisième jours. Sur la première étape, ils ont un peu tardé à lancer le sprint et se sont fait déborder dans les derniers hectomètres. Lors de la deuxième étape, en revanche, Marijn était en position idéale. Il avait été bien placé et a viré en deuxième position dans le dernier virage, à 250 mètres. Dimanche, ils étaient aussi bien positionnés mais il y a eu une chute en tête de peloton à 1500 mètres. Marijn a dû freiner et donc faire un premier sprint pour rejoindre le groupe de devant. Avec la cassure, ils arrivent d’ailleurs seulement à une petite dizaine et Lewis a donc fait le sprint car Marijn avait déjà grillé sa cartouche ». La « Conti » a finalement hérité du troisième rang au général grâce à Marijn van den Berg. « On n’a pas eu la même réussite que précédemment, indiquait Jérôme. Marijn avait coupé après le Tour de l’Avenir, il n’était peut-être pas à 100%. Il y a peut-être aussi eu une prise en main trop tardive. Ça frottait pas mal et le train se mettait trop tard en place. On a eu des regrets le premier jour, mais pas les deux suivants. Les sprints restent aussi très aléatoires. Il faut que tout soit réuni pour qu’il y ait la victoire au bout. Sur ces trois jours, il nous a manqué un petit truc à chaque fois ».

Malheureusement, la Conti a également déploré la blessure de Laurence Pithie, victime de la chute dimanche. Le Néo-Zélandais souffre d’une fracture de la tête du radius et sera écarté de la compétition plusieurs semaines. 

— Rodolphe Boulinguez to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr