Entradas

Bram Welten effleure la victoire

Sur les terres des frères Madiot, Bram Welten n’est pas passé loin du succès dès la première étape des Boucles de la Mayenne, ce jeudi. À Andouillé, dans un sprint pour costauds, le Néerlandais a mené les débats jusqu’à vingt-cinq mètres de la ligne, avant d’être rattrapé de justesse par Jason Tesson. Deuxième, le Néerlandais a néanmoins signé sa meilleure performance de la saison et lancé de bonne manière le séjour de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ dans le département.

C’est un terrain casse-pattes, comme de coutume en Mayenne, qui ouvrait les hostilités ce jeudi de Saint-Pierre-des-Landes à Andouillé. Si aucune ascension de plus de trois kilomètres ne figurait au parcours, pas moins de 2000 mètres de dénivelé était tout de même au programme. Pour autant, un sprint restait l’option privilégiée au terme des 180 kilomètres de course. L’échappée du jour, articulée autour d’Arjen Livyns (Bingoal-Pauwels Sauces-WB), Angel Madrazo (Burgos-BH), Lindsay De Vylder (Sport Vlaanderen-Baloise), Joseph Rosskopf (Human Powered Health), Eugenio Sanchez (Equipo Kern Pharma) et Maël Guégan (Team U Nantes Atlantique), a d’abord jouit d’une avance de 4’30, avant que celle-ci ne soit progressivement, et inexorablement, abaissée par le peloton. « C’est le scénario qu’on avait imaginé, indiquait Yvon Madiot. Les gars ont toujours été placés, sérieux et bien concentrés sur leur tâche ». À moins de trente-cinq kilomètres du but, les coureurs ont franchi une première fois la ligne d’arrivée avant d’effectuer deux boucles autour d’Andouillé. Malgré un circuit quelque peu bosselé, le paquet est resté compact et a finalement repris le dernier échappé à sept bornes du but. « On voulait faire le sprint avec Bram, avec Paul et Fabian pour l’emmener, expliquait Yvon. On avait divisé l’équipe en deux pour l’occasion. On savait qu’il n’y avait pas d’équipes capables d’emmener de très loin, donc on ne voulait pas mettre en place un train trop important. Trois mecs suffisaient, puis Lewis et Jake pouvaient suivre les attaques dans les bosses. Il n’y en a finalement pas eu ».

« Pour une fois, je n’ai pas hésité », Bram Welten

À l’issue de la dernière côte, tout s’est donc recentré sur le sprinteur batave, parfaitement ramené aux avant-postes par Paul Penhoët dans les deux derniers kilomètres. « Aujourd’hui, ce n’était pas une journée super facile, rappelait Bram. C’était toujours en montées/descentes. Le plan était de jouer sur moi, et j’ai eu un super soutien de Paul et Fabian, notamment ». Il a ainsi pu aborder le dernier kilomètre, en faux-plat montant, en bonne position. Puis, il s’est jeté dans la roue de Julien Simon lorsque ce dernier a tenté une accélération à environ 250 mètres du but. « Pour une fois, je n’ai pas hésité à lancer mon sprint, insistait l’intéressé. Parfois, j’attends un peu trop longtemps et je me rate. Aujourd’hui, je me suis dit : « on y va, et on verra où ça me mène ». Au final, Tesson était en parfaite position dans ma roue et il m’a passé. C’est le jeu dans un sprint, il n’y a rien à redire. Peut-être que j’étais devant un peu trop tôt, mais je préfère faire mon sprint et être repris par quelqu’un plutôt que d’être bloqué ». À l’arrivée, Bram Welten a de fait dû se contenter de la deuxième place, qui constitue néanmoins son meilleur résultat depuis son arrivée dans l’équipe. « C’est cool d’obtenir un bon résultat, d’autant plus car cette course est très importante pour Marc et Yvon », ajoutait le Néerlandais. « C’est une bonne entame, les consignes ont été respectées, mais on est forcément mitigés, tranchait justement Yvon. On est contents que tout fonctionne bien, que les gars soient dans le coup, mais aussi déçus de passer à côté de la victoire ». Une nouvelle opportunité leur sera offerte vendredi à Pré-en-Pail-Saint-Samson après un final autrement plus difficile. « On a les cartouches pour jouer », promet Yvon.

— Rodolphe Boulinguez to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr

Nouveau top-10 pour Bram Welten

Quatrième journée de course, et nouveau sprint ce vendredi sur les 4 Jours de Dunkerque. À Aire-sur-la-Lys, le peloton était même quasiment au complet pour se jouer la victoire. L’Équipe cycliste Groupama-FDJ a su tirer son épingle du jeu à l’approche de l’emballage final dans ce quatrième acte, mais Bram Welten n’a pu conclure puisque légèrement en retrait lorsque le sprint s’est véritablement lancé, héritant finalement de la sixième place. Place ce samedi à la très attendue étape du Mont Cassel.

Le profil du parcours ne laissait guère de doutes quant à l’issue de l’étape du jour sur les 4 Jours de Dunkerque. De Mazingarbe à Aire-sur-la-Lys, les 175 kilomètres ne comprenaient qu’une poignée de petites côtes dans sa première moitié, avant un final tout plat. « La météo contribue aussi à bloquer la course, soufflait Frédéric Guesdon. Il fait beau et il n’y a pas de vent, ce qui est peut-être un peu dommage. Avec du vent aujourd’hui, cela aurait pu être une très belle étape ». Alexandre Delettre (Cofidis) et Evaldas Siskevicius (GO Sport-Roubaix Lille Métropole) ont alors constitué la première échappée du jour après une vingtaine de kilomètres, leur avantage a augmenté jusqu’à quatre minutes mais le peloton s’est vivement rapproché à une centaine de bornes de l’arrivée. « Un coup de seize est ressorti un peu après le deuxième sprint bonifications, relatait Frédéric. Jake a d’ailleurs pris la troisième place derrière les deux échappés. On avait donc Jake ainsi que Lada dans ce groupe. Ça a relancé un peu la course. Des équipes qui n’étaient pas représentées ont alors roulé et ça a été une belle bagarre pendant une quinzaine de kilomètres. Finalement, l’écart a été bouché, puis on est retombé sur un rythme plus monotone et sur le scénario habituel. Une nouvelle échappée de quatre est alors repartie et elle a résisté jusqu’à huit kilomètres de l’arrivée ».

« Il y a eu du bon travail », Frédéric Guesdon

Malgré un léger moment de panique, le sprint attendu n’a donc pu être évité. Comme lors des deux premiers jours, l’Équipe cycliste Groupama-FDJ s’est organisée autour de son Néerlandais Bram Welten et le train a su se faire sa place à trois bornes du terme. « Les gars ont plutôt fait un bon boulot, commentait Frédéric. Il est juste dommage que Bram ait perdu la roue de Jake dans le final. Il a un peu reculé, et sachant qu’ils étaient tous plus ou moins du même niveau, il n’a pas pu rattraper les quelques mètres qu’il avait de retard au lancement du sprint. Je pense qu’il aurait pu faire mieux sinon. Jake a pris la barre relativement tôt mais a réussi à tenir jusqu’à 200 mètres. Il y a eu du bon travail. Les anciens Lada et Fabian dirigent et conseillent bien les jeunes dans ces moments. Ça met tout le monde en confiance, j’espère donc qu’on ira chercher un beau résultat au sprint dimanche. On n’est pas encore récompensé, mais ça va venir ». Dans un sprint très serré ce vendredi, Bram Welten a donc hérité de la sixième place, mais à seulement une petite longueur du vainqueur Lionel Taminiaux. Samedi, le terrain sera tout autre vers le Mont Cassel, à franchir huit fois. « On n’a pas forcément une équipe pour durcir, mais on va essayer d’anticiper et d’être opportunistes, concluait Frédéric. Ça va être animé, et ça peut encore être ouvert ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr