Entradas

Living with type 2 diabetes – Thomas Chang

Thomas Chang is the first Type 2 Team Novo Nordisk ambassador for 2021. His life changed forever when he was 40 years old, a routine physical turned into a warning to change his lifestyle, lose weight and dramatically alter his diet. A year later and his doctor’s fears were confirmed, Chang was diagnosed with Type 2 Diabetes.

How did your passion for cycling come about?

It really took off when I went to college. One of my fraternity brothers was a junior national champion. I’d see him ride his rollers in the fraternity house and I learned about the bikes he had. That was one of the things that sparked an interest. The other was getting a part-time job in a bicycle store. That was my path to getting access to cycling equipment at a reasonable price.

So, were you very active at that stage, riding regularly?

In high school I played many sports. My lead sport was track and field, I was a sprinter, hurdler and jumper. I got to the state competition level in high hurdles. Then I tried to transition that into university. The challenge going to high school from high hurdles to college is you go from 39 inch to 42 inch tall hurdles and I didn’t have the leg length to get over 42 – that’s when I transitioned to cycling.

How old were you when you were diagnosed with type 2 diabetes?

I was 41 years old. When I turned 40, I thought I should get an annual physical as that’s what everyone does when they turn 40. I went in and the doctor said, actually very few people come in for their annual physical.

He said your blood sugar is a little bit high, why don’t you lose weight and we will measure it again next year. The next year he goes, you’re no longer borderline, you have type 2 diabetes.

What did your life look like from being a cyclist in college to getting diagnosed at 41? What was your lifestyle look like in that middle period?

I went to Massachusetts Institute of Technology (MIT) for both undergrad and business school. When I started my career after that, I was sucked into it. I was based in Silicon Valley and most of our customers were based in Asia, so I was travelling there once a month. You can imagine the disruption to any kind of routine I tried to have. I gained a lot of weight. I grew to 220 lbs (100 kg’s). I was still interested in cycling. I would have trips to Europe and look at where all the famous races were and visit bike shops but I was on the outside looking in at that point. 

Did the diagnosis come as a shock?

It was a little bit of a shock but as I learnt more about it, there was stuff I learnt I could do. I have an older cousin in Australia and when I went to visit him, he was totally ripped. He was swimming every day, so I started swimming. I swam 5 or 6 times a week and doing 2 to 3 kilometres a time but my blood glucose numbers weren’t really moving. That’s when I looked back and thought about cycling. In cycling, you’re using your biggest muscles – your legs – and I thought that’s the supply and demand problem of glucose. I have too much supply of glucose and I need more demand to use it up so I turned to cycling and see my weight dropping quickly.

Did you have an easy acceptance of the diagnosis?

There was a little bit of denial at first but one of the things that dominates my personality is the desire to solve a problem – to break it down. It came to be the supply and demand I talked about. If I could use more of the glucose floating around in my blood, that was my way of getting on top of it. That’s what I try to tell people, try to learn more about your particular condition and work with it.

What is the difference between type 1 and type 2 diabetes?

That’s a good question because most people don’t understand the difference. For the person affected by type 1 diabetes, their body makes little to no insulin. Which means they have to augment their day with insulin injections and try to balance how much glucose or sugar they are taking in versus how much insulin they are taking to manage that.

Type 2 diabetes is typically a condition where your body still makes insulin but for some reason your body is not using it appropriately. Your body is not signaling to make it at the right time or it’s not making enough, or it’s making enough but not using it in the most effective way.

When I broke down the problem to, I have type 2, I looked at which one of those use cases of type 2 seems to fit my situation. The one thing many people don’t get tested on is…they see your blood sugar is high in a test and to me the obvious next question is, am I still making insulin? Many doctors don’t order that test to find out what is the supply and demand for sugar and insulin.

How did you come into contact with Team Novo Nordisk?

Back in 2009 I was sitting in the waiting room of my endocrinologist. I wanted to get medical advice from someone who really knew what the problem was so I escalated above my normal doctor. I was sitting there waiting for my appointment and the cover story of Diabetes Today was of the team. I went to the team website, called them up and said hey, can I buy some kit, I’m interested in what you’re doing. They invited me to join and motivate people with my story to be active. That was 11 years ago.

What motivates you?

My motivation is my daughter. I was diagnosed at 41. My daughter was born when I was 42. The realization that she has roughly 20 years living together with me, I have to be in better shape to keep up with her because I’m going to be one of the older dads. She’s my motivation.  

— Xylon Vaneyck to www.teamnovonordisk.com

Benjamin Thomas à l’attaque, Olivier Le Gac 16e du général

C’est par la traditionnelle arrivée au sommet de Malhão que l’édition 2021 du Tour d’Algarve s’est conclue ce dimanche après-midi. À l’occasion de cette cinquième et dernière journée de course, Benjamin Thomas, troisième du contre-la-montre la veille, s’est de nouveau mis en évidence en intégrant l’échappée et en résistant jusqu’à dix kilomètres du terme. Olivier Le Gac s’est lui arraché dans l’ultime montée pour conserver un bon rang au classement général et repart ainsi du Portugal avec une seizième place finale.  

« Une bonne fin de semaine », Olivier Le Gac

Si une étape du Tour d’Algarve 2021 pouvait potentiellement sourire à l’échappée, il s’agissait bien de la dernière, ce dimanche, en direction de l’Alto de Malhão. De par le parcours accidenté et les écarts significatifs au classement général, les espoirs étaient permis pour les attaquants du jour. Alors, naturellement, la bagarre a duré plus longtemps que les jours précédents au départ d’Albufeira. Environ trente kilomètres ont été parcourus avant qu’un groupe d’une dizaine d’hommes ne parvienne à ouvrir une brèche. Et il y avait là Benjamin Thomas pour le compte de la Groupama-FDJ. « On avait vraiment dans l’idée de mettre un mec dans l’échappée, voire deux selon l’épaisseur du groupe, expliquait Frédéric Guesdon. La première mission était accomplie en ayant un mec devant. On espérait que l’échappée aille jusqu’au bout mais on a vite compris que ce serait difficile. Le peloton n’a accordé que 3’30 d’avance, ce qui est un écart assez mince ». « On avait une bonne carte devant, mais il y a toujours eu un bon rythme derrière, témoignait Olivier Le Gac. Étant donné que ça roulait bien devant, avec pas mal de bons rouleurs, le rythme était aussi élevé pour nous ».

À l’entrée dans le dernier quart de course, et alors que le peloton maintenait une vraie pression sur les fuyards, Benjamin Thomas a tenté le tout pour le tout. « Il fallait arriver avec une bonne minute d’avance au pied de la dernière ascension pour espérer aller au bout, précisait Frédéric. Il fallait donc tenter et c’est ce qu’il a fait à 35-40 kilomètres de l’arrivée. Ça ne s’entendait pas trop en tête, sur un terrain vallonné, alors il a décidé de tenter sa chance avec un coureur de Bora (Michael Schwarzmann, ndlr) ». L’ancien champion de France du contre-la-montre a parcouru une vingtaine de kilomètres en compagnie du coureur allemand avant de voir le retour de quelques hommes de l’échappée, puis du peloton, à dix bornes de l’arrivée. « C’était bien pour lui d’être devant et d’aller le plus loin possible, poursuivait Frédéric. Ça montre qu’il sort de ce Tour d’Algarve en forme ». « C’était une bonne fin de semaine, confirmait le spécialiste de la piste. Le début du Tour d’Algarve a été compliqué en raison de la chaleur mais j’ai fini avec de bonnes sensations. On avait un peu carte blanche aujourd’hui mais le peloton ne nous a pas trop laissé de liberté. Dans le final, j’ai essayé de m’extirper et de résister le plus longtemps possible. Une fois repris, j’ai filé un dernier coup de main à Olivier ».

« On aurait signé au départ pour un top 20 avec Olivier », Frédéric Guesdon

Douzième du classement général avant cette dernière étape, le coureur breton a même profité du soutien de l’ensemble de ses collègues tout au long de l’étape. « Toute l’équipe a fait du bon boulot pour m’aider et me placer au mieux pour le final, assurait-il. J’ai été très bien épaulé ». Il a aussi été attentif lorsque Kasper Asgreen a lancé les hostilités à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée. « Il était bien placé quand ça a accéléré, et de là, ça n’a plus débranché jusqu’à l’arrivée », disait Frédéric. Olivier Le Gac s’est finalement présenté au pied de la bosse finale de Malhão (2,7 km à 9%) au sein d’un peloton d’une quarantaine d’unités. « Il s’est accroché et s’est bien battu », soutenait Frédéric. « J’ai fait de mon mieux, j’ai essayé de monter à mon rythme sans exploser, indiquait l’intéressé. J’ai donné le maximum et je suis globalement satisfait de ma semaine pour une reprise, sachant que je n’avais pas couru depuis le Tour des Flandres ». Vingt-quatrième au sommet ce dimanche, il a donc confirmé sa place dans le top 20 final (16e) de l’épreuve. « C’est quand même pas mal, ajoutait Frédéric. On aurait signé au départ pour faire top 20 avec Olivier ». « Ça confirme que j’ai bien travaillé à la maison et j’espère que je vais pouvoir encore élever mon niveau dans les semaines à venir en vue des Coupe de France en Bretagne et du Dauphiné », complétait le coureur de 27 ans.

Au moment de tirer le bilan de la semaine lusitanienne, Frédéric Guesdon apparaissait plutôt satisfait. « C’est une semaine positive, concluait-il. Nous n’avions pas de purs sprinteurs, or il y avait deux étapes au sprint. Nous n’avions pas de purs grimpeurs, or il y avait deux étapes avec arrivée au sommet. C’était de fait compliqué de tirer notre épingle du jeu, mais on a essayé de jouer placé malgré tout et on a surtout accumulé du bon travail pour la suite. On s’est aussi mis en condition pour travailler autour d’un leader. Et même si Olivier n’était pas là pour la gagne, tout le monde s’est bien mis à son service. Nous avions quand même une équipe jeune avec Alexys, Clément ou Marijn. Nous n’avons certes pas gagné, mais cette semaine de course nous a permis de bien travailler pour l’avenir. Enfin, pour sa première sur une course par étape avec la WorldTeam, Marijn a donné satisfaction et a montré qu’il était encore là aujourd’hui, après cinq jours de course ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr

Un nouveau podium pour Benjamin Thomas

Depuis le début de sa semaine lusitanienne, l’ancien champion de France du contre-la-montre avait les yeux rivés sur la quatrième étape du Tour d’Algarve. Benjamin Thomas savait qu’il disposait ce samedi d’une belle opportunité sur le circuit de vingt kilomètres autour de Lagoa. Finalement, il est tombé sur deux coureurs légèrement plus rapides que lui et a dû se contenter de la troisième place du jour, à seulement neuf secondes du lauréat Kasper Asgreen. Grâce à une belle prestation ce samedi, Olivier Le Gac a lui grignoté six places au classement général et se retrouve ainsi douzième avant le dernier acte.

« Le contrat n’est pas tout à fait rempli », Benjamin Thomas

Le peloton du Tour d’Algarve avait ce samedi rendez-vous avec le traditionnel contre-la-montre de 20,3 kilomètres dans les environs de Lagoa, où un certain Stefan Küng s’était imposé il y a deux ans. Le champion de Suisse et d’Europe n’était pas présent ce jour pour tenter de remettre le couvert, mais l’équipe Groupama-FDJ présentait malgré tout plusieurs spécialistes au départ de l’épreuve chronométrée. Deux d’entre eux partaient relativement tôt, à savoir l’ancien champion de France Juniors Clément Davy, et l’ancien champion de France Elites Benjamin Thomas. L’ancien de la Conti a d’abord établi les meilleurs temps à chaque point intermédiaire, puis à l’arrivée, en 25’08, avant que son aîné ne vienne effacer ces différentes marques et établisse un très gros temps final de 24’01. Alors qu’Alexys Brunel terminait plus tard l’exercice dans la même seconde que Clément Davy, Benjamin Thomas occupait lui le siège de leader provisoire pendant une heure et demie. Seulement, le surprenant Rafael Reis est ensuite venu lui rafler la première place pour six secondes, puis c’est finalement Kasper Asgreen qui s’est adjugé la victoire du jour, neuf petites secondes devant le Tarnais.

« Je suis parti un peu vite sur le début de course, commentait plus tard Benjamin. J’ai éprouvé le besoin de souffler un moment à 7-8 km de l’arrivée. J’ai perdu du temps sur la deuxième partie, notamment sur Asgreen qui a fait un gros finish. Je partais avec l’ambition de remporter le chrono mais j’échoue pour neuf secondes. Le contrat n’est pas tout à fait rempli mais ça reste une belle performance. C’était la première fois que je faisais ce chrono qui est particulier et technique, avec pas mal de montées/descentes. Si je reviens ici à l’avenir, j’aimerais améliorer cette performance et aller chercher mieux. En tous les cas, après trois premiers jours compliqués où j’ai souffert de la chaleur, je suis content d’être allé chercher une belle petite place sur ce chrono ». Benjamin Thomas a ainsi réalisé son troisième top-5 en trois chronos cette saison. « On savait que Benjamin allait jouer la gagne, mais on ne savait pas quelle serait sa place, ajoutait Frédéric Guesdon. C’est dommage qu’il termine troisième mais c’est quand même un bon chrono. Il est peut-être parti vite, mais Asgreen est quand même un client. Ce n’était pas son jour, mais ça va venir. Il tourne autour depuis un moment, et c’est frustrant d’être toujours placé mais jamais vainqueur. Il n’y a pas de raison que ça ne sourit pas bientôt ».

« Nos jeunes étaient là, c’est encourageant », Frédéric Guesdon

Longtemps dans le top-10 provisoire, Clément Davy et Alexys Brunel ont eux respectivement hérité des 12e et 13e places de l’étape. « Je suis content de mon chrono, assurait Clément. Je n’ai pas pu préparer ce rendez-vous dans les meilleures conditions, mais comme j’apprécie cette discipline et que je la travaille depuis plusieurs années, j’avais à coeur de bien faire. Je me suis concentré toute la journée sur cet effort. J’ai bien aimé le parcours dès la reconnaissance, même s’il fallait faire attention à certains virages, à ses trajectoires. Les sensations étaient plutôt bonnes, ça a bien répondu et j’ai pu prendre beaucoup de plaisir. C’est mon premier top-15 en chrono à ce niveau. C’est bien, je continue d’apprendre, mais il ne faut pas s’endormir, et continuer dans ce sens ». « Son classement est de bon augure pour la suite, ça va le mettre en confiance, complétait Frédéric. Il a l’habitude de rouler pour les autres, c’était son premier chrono de l’année, et il a répondu présent. Alexys a également réalisé un beau contre-la-montre. Nos jeunes étaient là, c’est encourageant ». Olivier Le Gac, lui aussi, s’en est très bien sorti ce samedi. Il s’est octroyé la 30e place de l’étape et en a profité pour remonter au douzième rang du général. « Il a fait un bon chrono, témoignait Frédéric, qui le suivait. Ce n’est pas un spécialiste mais il s’est bien battu. Il lui manquait un peu de force par rapport à d’autres, mais étant donné qu’il est plutôt en bonne condition, il a réussi à limiter la casse. Il fait top-30 du chrono, ce qui ne lui est jamais arrivé. Ça va le motiver pour la suite. Il avait tendance à ne pas trop s’entraîner sur son vélo de chrono, n’étant pas spécialiste, mais il se rend compte que ça lui manque et que ça peut toujours être utile. Preuve en est cette semaine. Demain, il va s’accrocher, et si on peut profiter de circonstances de course, on n’hésitera pas ».

— Alexandre Philippon to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr

Van Vleuten, Mas y Thomas, en dos jornadas de tests aero en Países Bajos

Van Vleuten, Mas y Thomas, en dos jornadas de tests aero en Países Bajos — Daniel Sánchez to movistarteam.com