Entradas

Laurenz Rex revient dans le peloton

Laurenz Rex retrouvera le peloton le 1er mai à l’occasion de la course Eschborn-Frankfurt où il sera en terre de connaissance, étant né à Marbourg, près de Francfort. Laurenz avait été victime d’une lourde chute à Dwars door Vlaanderen (30/03) alors qu’il était en pleine condition pour aborder le Tour des Flandres et, surtout, Paris-Roubaix dont il s’était classé 21e en 2021, lors de sa première participation. Blessé à l’épaule droite dans les Flandres, il a donc dû se mettre sur la touche, la mort dans l’âme. Complètement rétabli aujourd’hui, il se présentera à Francfort et, dès mardi, aux 4 Jours de Dunkerque, avec une très grande motivation et un plaisir non dissimulé de retrouver un dossard.

Laurenz Rex. « Quand je suis tombé à Dwars door Vlaanderen, je n’ai pas tout de suite réalisé ce dont je souffrais. Les examens m’ont très vite révélé que ma participation à Paris-Roubaix était franchement compromise. C’était pourtant un gros objectif pour moi. J’en ai été très déçu. J’ai dû faire six jours sans toucher à mon vélo, ne pouvant rien faire à cause de mes blessures, soit une luxation de l’épaule droite et de la clavicule et une fracture de la capsule de l’articulation. Honnêtement, j’aurais préféré avoir une fracture de la clavicule, ce qui aurait été plus facile à gérer. J’ai ensuite pu reprendre l’entraînement progressivement. Tout est désormais rentré dans l’ordre. Je suis très motivé à l’idée de retrouver le peloton. »

Métier. « Je me dis, avec le recul, que chuter fait partie de mon métier et que ce ne sera pas ma dernière chute. Mais il faut savoir être fort et montrer qu’on sait revenir, garder la motivation, la volonté; je pense que ça forme aussi un bon coureur. Il faut toujours trouver les points positifs pour avancer. »

Frankfurt-Dunkerque. « Je retrouve la compétition avec deux belles courses qui vont m’aider à retrouver le bon rythme. Eschborn-Frankfurt est une course difficile mais je vais essayer de donner mon maximum, même si je suis, c’est logique, en manque de rythme de d’intensité de course; j’y ai certes travaillé cela à l’entraînement mais la course est toujours différente. J’enchaînerai avec les 4 Jours de Dunkerque, une course en six étapes qui est très intéressante pour moi. Je pense retrouver tous mes moyens et mon rythme après deux ou trois étapes. »

Sélection pour Eschborn-Frankfurt et 4 Jours de Dunkerque

— eric to www.wbca.be

Arnaud Démare revient avec un top 5

Deux semaines après avoir achevé le Tour d’Espagne, Arnaud Démare renouait avec la compétition ce dimanche, dans le Nord de la France, à l’occasion du Grand Prix d’Isbergues. Toute l’Équipe cycliste Groupama-FDJ s’est naturellement mise à son service, et a d’ailleurs effectué un très gros travail à l’approche de l’emballage final. Malheureusement, l’ancien champion de France s’est retrouvé quelque peu bloqué contre les barrières dans les cinquante derniers mètres et a dû se contenter de la cinquième place du jour.

L’Équipe cycliste Groupama-FDJ lançait ce dimanche un petit séjour dans le Nord, à l’occasion du Grand Prix d’Isbergues, qui sera suivi du Grand Prix de Denain mardi. Mais avant d’aller battre le pavé, c’est un parcours relativement rectiligne et sans difficultés majeures qui se présentait face aux coureurs ce dimanche. Dans les premiers tours du circuit local, avant une boucle de soixantaine kilomètres à l’Est d’Isbergues, une échappée de cinq hommes s’est donc rapidement développée autour d’Alexis Gougeard (AG2R-Citroën), Samuel Leroux, Thomas Denis (Xelliss-Roubaix Lille Métropole), Robin Meyer (Nippo-Provence-PTS Conti) et Alexandre Delettre (Delko). « C’était un scénario très attendu, exposait Frédéric Guesdon. On aurait pu avoir une plus longue bagarre, mais l’échappée est partie très rapidement, au bout de cinq kilomètres. L’écart est monté assez vite à trois minutes et on s’est tout de suite mis à rouler avec Alpecin-Fenix et Cofidis. On a d’abord maintenu l’écart par l’intermédiaire Clément Davy, puis on l’a réduit au fur et à mesure ». Après le franchissement de quelques bosses dans la première partie de course, le peloton a retrouvé le circuit local et ne comptait plus qu’une minute du retard à quatre tours du but, soit environ quarante-cinq kilomètres.

« Je n’ai pas pu m’exprimer », Arnaud Démare

Au sein de la Groupama-FDJ, l’organisation était claire ce dimanche. « Le sprinteur numéro 1 restait naturellement Arnaud, avec Jacopo et Ramon pour l’emmener, précisait Frédéric. On avait Clément pour gérer l’échappée, et éventuellement Fabian pour finir le travail si nécessaire. On pouvait ensuite compter sur Olivier alors que Jake était situé juste devant Ramon. Tout cela s’est fait naturellement ». Dans le dernier tour, les deux derniers rescapés de l’échappée ont été neutralisés tandis que tous les coéquipiers d’Arnaud Démare ont parfaitement tenu les rênes du peloton pour préparer le sprint. Sous la flamme rouge, Ramon Sinkeldam, Jacopo Guarnieri et l’ancien champion de France étaient ainsi déposés en tête de paquet mais les derniers instants n’ont pas été à la faveur du Picard, finalement cinquième sur la ligne. « Je suis évidemment très déçu, encore une fois, disait-il. Je n’ai pas eu l’ouverture. L’équipe avait fait un super boulot mais on s’est fait déborder à 300 mètres et je me suis retrouvé dans la boite à gauche, le long des barrières, et je n’ai pas pu m’exprimer. Je sentais que la gagne était là mais je ne pouvais pas passer. C’est dommage que l’histoire se répète ». « Malheureusement, on n’a pas pu concrétiser la belle journée qu’on a réalisée, regrettait Frédéric. On a bien pris la course à notre compte et on n’a pas le résultat qu’on espérait, c’est un peu frustrant. Il y avait forcément de la déception mais c’est le sport et on va continuer de travailler pour Arnaud dans l’espoir que la roue tourne ». Le prochain rendez-vous est donc prévu dans moins de deux jours, à une centaine de kilomètres de là. « Ça risque d’être un peu plus ouvert avec les secteurs pavés à Denain, prédisait Frédéric. Mais Arnaud aime les pavés, donc il devrait logiquement bien les passer, et d’autres coureurs marchent bien. Le groupe sera similaire à l’exception de Jake remplacé par Miles. Il y a moyen de faire un bon résultat. Avec vingt kilomètres de pavés, ça se fera à la jambe, et on espère bien jouer devant ». « C’est la première fois que je ferai ce nouveau parcours avec les pavés, ponctuait Arnaud. Ça tombe vraiment bien vis à vis de Paris-Roubaix dans 15 jours. Ce sera une bonne répétition pour nous et une course très exigeante »

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr