Entradas

Olivier Le Gac au pied du podium sur ses terres

Olivier Le Gac n’est jamais passé aussi près de la victoire sur la course qui lui a donné envie de monter sur un vélo. Sur les ribinoù du Tro-Bro Léon, le Breton est ce dimanche arrivé pour la gagne à Lannilis, après une course offensive de sa part mais aussi de l’ensemble de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ, représentée dans l’échappée du jour par l’intermédiaire d’Alexys Brunel. Le régional de l’épreuve a finalement échoué à la quatrième place alors que Kevin Geniets et Benjamin Thomas ont également pris place dans le top-15 de cette nouvelle manche de la Coupe de France FDJ.

« C’était vraiment incroyable », Alexys Brunel

Annulé l’an passé en raison de la situation sanitaire, le Tro-Bro Léon était bien de retour au calendrier cette saison, et le tout « avec une météo bretonne », souriait Thierry Bricaud. « Au départ, on avait un temps pluvieux et très venteux, reprenait-il. Toutes les conditions étaient réunies pour ce type de course ». Une course de guerriers, à laquelle Alexys Brunel a rapidement pris part en intégrant l’échappée du jour aux côtés de sept autres coureurs après une trentaine de kilomètres. « On savait qu’une échappée d’une dizaine de coureurs pouvait aller relativement loin, c’est déjà arrivé, exposait Thiery. C’était aussi une bonne chose qu’on ait un coup d’avance et que l’on n’ait pas à subir ou assumer la course derrière. Cela nous permettait aussi de suivre les contres ». Sur ce terrain tortueux, et dans une course si ouverte, le peloton n’a toutefois pas voulu jouer avec les échappés, qui n’ont donc jamais pu profiter d’une avance supérieure à deux minutes. Le groupe de tête s’est en revanche peu à peu émietté au fil des chemins de terre et des secteurs empierrés. Ils n’étaient ainsi plus que cinq à cinquante bornes du terme et même plus que deux dix kilomètres plus tard, avec le seul Kevin Van Melsen (Intermarché-Wanty Gobert) pour accompagner Alexys.

« C’était une belle journée devant, assurait le Nordiste. Il y avait énormément de public sur le bord de la route. C’était vraiment incroyable et ça fait plaisir de voir autant de monde. Cela faisait vraiment longtemps… Ça nous a porté. En tout cas, personnellement ça m’a fait du bien. J’avais aussi de bonnes sensations. C’est simplement dommage qu’il n y’avait pas plus d’éléments forts dans l’échappée ». La tentative du jeune homme a finalement été neutralisée à 36 kilomètres du but lorsqu’un quatuor de poursuivants a fait la jonction. Mais il y avait là son coéquipier Olivier Le Gac. « Quand il est revenu, j’ai senti qu’il était très fort et j’ai essayé de l’aider comme j’ai pu avec ce qu’il me restait dans les jambes », disait Alexys. « Alexys est le dernier à résister, il a fait une très belle course, soulignait Thierry. Il nous a aussi bien servi dans le final car on était surreprésentés. On était encore cinq dans le peloton, bien placés pour aller chercher la gagne et les circonstances de course font qu’Olivier a pris le bon contre. Il a bien anticipé mais il faut dire qu’il était aussi sur ses routes d’entraînement. Il les connaissait par coeur et avait forcément une motivation supplémentaire ».

« Je n’ai pas de regrets », Olivier Le Gac

Le « doyen » de l’équipe a été accompagné par Piet Allegaert (Cofidis), Connor Swift (Arkéa-Samsic) et Harry Sweeny (Lotto-Soudal) dans cette offensive, qui a réussi à créer un trou d’une trentaine de secondes sur le peloton. Par la suite, Damien Touzé (AG2R-Citroën) a remplacé Sweeny en tête de course, avant d’être lui-même remplacé par Baptiste Planckaert (Intermarché-Wanty Gobert) dans les dix derniers kilomètres. C’est donc un quatuor qui s’est retrouvé en tête pour les derniers moments de course. « Je savais que les trois coureurs avec moi étaient vraiment rapides, disait Olivier. Il fallait que j’essaie de sortir et c’est ce que j’ai tenté de faire, plusieurs fois, mais je n’ai pas réussi. J’ai essayé, parfois, au bluff, mais les trois autres coureurs voulaient vraiment un sprint ». « Il manquait aussi d’un peu de fraicheur dans le final, ce qui était d’autant plus compliqué pour manœuvrer, reprenait Thierry. En plus il n’avait pas beaucoup de marge de manoeuvre car le peloton n’était pas loin derrière. Il a essayé, c’était plein d’engagement mais il lui en a manqué un peu ». C’est donc bel et bien un sprint à quatre, voire à cinq avec le retour in-extremis de Rasmus Tiller, qui a décidé de la victoire du jour. « Au sprint, je me disais que j’avais encore une chance, car on ne sait jamais après une course dure de plus de 200 kilomètres, assurait Olivier, mais ils étaient vraiment rapides et je n’ai pu faire que quatrième. Je suis déçu, j’ai cru à la victoire, mais j’ai fait la course qu’il fallait faire. Je n’ai pas de regrets ».

Une vingtaine de secondes plus tard, Kevin Geniets (10e) et Benjamin Thomas (13e) ont également signé un top-15 alors qu’Antoine Raugel a également terminé dans le peloton principal et que les sept coureurs de l’équipe ont terminé l’épreuve (seulement 86classés, ndlr). « On est déçus du résultat brut car on était vraiment pas mal collectivement, analysait Thierry. On a peut-être manqué d’un peu d’audace dans le final. Il y avait certes Olivier devant mais on avait les moyens de provoquer un contre derrière. C’est la petite déception car on pouvait aller chercher mieux que cette quatrième place. Malgré tout, on va retenir l’état d’esprit et le fait qu’ils étaient tous présents. Sur une course d’usure comme aujourd’hui, quand tu as encore pratiquement tes sept coureurs dans le final alors que les autres équipes sont décimées, c’est que tu es fort collectivement. On retient aussi le bon boulot des mécanos et la qualité du matériel car nous n’avons crevé que deux fois. Les jeunes de la Conti ont également bien assuré. Lewis Askey est plein de bonne volonté et d’engagement. Antoine Raugel marche aussi très bien, il a fait encore une belle course et était là dans le final. Ils courent sans complexe et c’est ce qu’on leur demande ». À la fin de la journée, Olivier Le Gac est tout de même monté sur le podium protocolaire pour recevoir son trophée de « meilleur Breton » : un cochon. « C’est la petite récompense, glissait-il pour conclure. C’était en tout cas une belle journée de vélo à la maison. Il y avait du monde au bord des chemins et c’était vraiment superbe. Vivement que cette situation se termine afin de pouvoir revivre de telles émotions. Ça fait vraiment chaud au cœur ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr

Vlasov rides onto Giro d’Italia podium after stage 9 GC battle – Astana

Vlasov rides onto Giro d’Italia podium after stage 9 GC battle

Aleksandr Vlasov showed his strength in the latest General Classification battle on stage nine of the Giro d’Italia to finish in third place on the brutal gravel summit finish.

Vlasov’s impressive performance sees him move onto the Giro d’Italia podium in third overall, 21 seconds behind stage winner and new race leader Egan Bernal.

“It was a great experience for me on this kind of final. It was a very tough summit especially because of the gravel section. I tried to attack in the final and I think it was a good move, but it was a bit difficult for me to hold the bike stable on this surface. My legs worked really well and I felt good, but the gravel was a hard challenge anyway. I am happy with my performance and I did all I could on this type of finish. So, I am happy so far and let’s see how it will be tomorrow and after the first rest day,” said Vlasov.

The battle for the breakaway played out for more than one hour with Astana – Premier Tech active at the front of the race and present in all of the moves. With attack after attack reeled in, eventually 17 riders were able to go clear with Spanish road race champion Luis Leon Sanchez in the mix.

With four climbs on the menu, the peloton controlled the breakaway’s advantage and on the category 2 Ovindoli climb, the breakaway began to split. Behind, Vlasov was well protected by his teammates in the reduced bunch as the pace picked up approaching the finale.

Sanchez was reeled in by the peloton inside the last 10 kilometres at which point the lone leader was just over one minute ahead. But the difficult finale and gravel sector played into the hands of the GC contenders who made the catch with 400 metres to go after a strong attack by Vlasov.

With riders dropped on the gravel, Bernal launched what would be the winning move while behind, Vlasov dug deep to respond. Vlasov fought hard to remain third on the road in the final 200 metres, crossing the line seven seconds down on Bernal.

Race Profile

Giro d’Italia

Stage 9 Castel di Sangro > Campo Felice (158km)

Top 3: 1. Egan Bernal (INEOS Grenadiers), 2. Giulio Ciccone (Trek – Segafredo), 3. Aleksandr Vlasov (Astana – Premier Tech)

Astana – Premier Tech top 3: 3. Aleksandr Vlasov, 45. Harold Tejada, 52. Vadim Pronskiy

Photo: Getty Images

— Phoebe Haymes to www.astanapremiertech.com

Bauhaus Wins Stage 3 at Tour de Hongrie as Fred Wright rounds off the Podium.

A third win in three days for Team Bahrain Victorious as Phil Bauhaus sprinted to victory on stage 3 at the Tour de Hongrie.

Stage 3 started in Veszprém with riders taking on 142 kilometres to the finish in Tata. An early breakaway of five riders formed after 20 kilometres, but the gap was controlled with them not getting more than four minutes.

The peloton worked to close the gap on the break with good work from Bahrain Victorious and the first Bahraini rider Ahmed Madan doing turns on the front of the group. In the last kilometres, two crashes reduced the sprinting group, but Bahrain Victorious positioned themselves well through Marcel Sieberg, Heinrich Haussler and Fred Wright. The lead-out train put Bauhaus in a great position to win and beat Mike Teunissen (Jumbo Visma) to the line. A strong show from Fred Wright also saw him cross the line in third.

With the win, Bauhaus went back into both the overall and points jersey:
“We had a really good tactic and were able to stay calm in the last corners. With 1km to go, Haussler was amazingly strong. There was one guy from Jumbo between us, and I let Fred go, but I could go and get the win. Tomorrow we have Santiago here, and he is super strong on the climbs, so we hope he can go for the podium.”

Tour de Hongrie 2021 – 42nd Edition – 3rd stage Veszprem – Tata 141,9 km – 14/05/2021 – Ahmed Madan (BRN – Bahrain Victorious) – photo Igor Stancík/BettiniPhoto©2021

Ahmed Madan is delighted with his first race with the team, which has seen the team take two wins and a third-place so far: “Stage 3 of Tour de Hongrie done. It was a shorter stage with sunny weather. Haussler helped me a lot today on the stage with positioning and getting more confident with the group. The more I race now, the more I have confidence in myself, allowing me to do more work for the team in the front to help chase the breakaway. And we won today!”

(All pictures can be used for editorial and non-commercial usages only and are copyright @Bettiniphoto @TeamBahrainVictorious)

— Simona Mazzoleni to bahraincyclingteam.com

Un nouveau podium pour Benjamin Thomas

Depuis le début de sa semaine lusitanienne, l’ancien champion de France du contre-la-montre avait les yeux rivés sur la quatrième étape du Tour d’Algarve. Benjamin Thomas savait qu’il disposait ce samedi d’une belle opportunité sur le circuit de vingt kilomètres autour de Lagoa. Finalement, il est tombé sur deux coureurs légèrement plus rapides que lui et a dû se contenter de la troisième place du jour, à seulement neuf secondes du lauréat Kasper Asgreen. Grâce à une belle prestation ce samedi, Olivier Le Gac a lui grignoté six places au classement général et se retrouve ainsi douzième avant le dernier acte.

« Le contrat n’est pas tout à fait rempli », Benjamin Thomas

Le peloton du Tour d’Algarve avait ce samedi rendez-vous avec le traditionnel contre-la-montre de 20,3 kilomètres dans les environs de Lagoa, où un certain Stefan Küng s’était imposé il y a deux ans. Le champion de Suisse et d’Europe n’était pas présent ce jour pour tenter de remettre le couvert, mais l’équipe Groupama-FDJ présentait malgré tout plusieurs spécialistes au départ de l’épreuve chronométrée. Deux d’entre eux partaient relativement tôt, à savoir l’ancien champion de France Juniors Clément Davy, et l’ancien champion de France Elites Benjamin Thomas. L’ancien de la Conti a d’abord établi les meilleurs temps à chaque point intermédiaire, puis à l’arrivée, en 25’08, avant que son aîné ne vienne effacer ces différentes marques et établisse un très gros temps final de 24’01. Alors qu’Alexys Brunel terminait plus tard l’exercice dans la même seconde que Clément Davy, Benjamin Thomas occupait lui le siège de leader provisoire pendant une heure et demie. Seulement, le surprenant Rafael Reis est ensuite venu lui rafler la première place pour six secondes, puis c’est finalement Kasper Asgreen qui s’est adjugé la victoire du jour, neuf petites secondes devant le Tarnais.

« Je suis parti un peu vite sur le début de course, commentait plus tard Benjamin. J’ai éprouvé le besoin de souffler un moment à 7-8 km de l’arrivée. J’ai perdu du temps sur la deuxième partie, notamment sur Asgreen qui a fait un gros finish. Je partais avec l’ambition de remporter le chrono mais j’échoue pour neuf secondes. Le contrat n’est pas tout à fait rempli mais ça reste une belle performance. C’était la première fois que je faisais ce chrono qui est particulier et technique, avec pas mal de montées/descentes. Si je reviens ici à l’avenir, j’aimerais améliorer cette performance et aller chercher mieux. En tous les cas, après trois premiers jours compliqués où j’ai souffert de la chaleur, je suis content d’être allé chercher une belle petite place sur ce chrono ». Benjamin Thomas a ainsi réalisé son troisième top-5 en trois chronos cette saison. « On savait que Benjamin allait jouer la gagne, mais on ne savait pas quelle serait sa place, ajoutait Frédéric Guesdon. C’est dommage qu’il termine troisième mais c’est quand même un bon chrono. Il est peut-être parti vite, mais Asgreen est quand même un client. Ce n’était pas son jour, mais ça va venir. Il tourne autour depuis un moment, et c’est frustrant d’être toujours placé mais jamais vainqueur. Il n’y a pas de raison que ça ne sourit pas bientôt ».

« Nos jeunes étaient là, c’est encourageant », Frédéric Guesdon

Longtemps dans le top-10 provisoire, Clément Davy et Alexys Brunel ont eux respectivement hérité des 12e et 13e places de l’étape. « Je suis content de mon chrono, assurait Clément. Je n’ai pas pu préparer ce rendez-vous dans les meilleures conditions, mais comme j’apprécie cette discipline et que je la travaille depuis plusieurs années, j’avais à coeur de bien faire. Je me suis concentré toute la journée sur cet effort. J’ai bien aimé le parcours dès la reconnaissance, même s’il fallait faire attention à certains virages, à ses trajectoires. Les sensations étaient plutôt bonnes, ça a bien répondu et j’ai pu prendre beaucoup de plaisir. C’est mon premier top-15 en chrono à ce niveau. C’est bien, je continue d’apprendre, mais il ne faut pas s’endormir, et continuer dans ce sens ». « Son classement est de bon augure pour la suite, ça va le mettre en confiance, complétait Frédéric. Il a l’habitude de rouler pour les autres, c’était son premier chrono de l’année, et il a répondu présent. Alexys a également réalisé un beau contre-la-montre. Nos jeunes étaient là, c’est encourageant ». Olivier Le Gac, lui aussi, s’en est très bien sorti ce samedi. Il s’est octroyé la 30e place de l’étape et en a profité pour remonter au douzième rang du général. « Il a fait un bon chrono, témoignait Frédéric, qui le suivait. Ce n’est pas un spécialiste mais il s’est bien battu. Il lui manquait un peu de force par rapport à d’autres, mais étant donné qu’il est plutôt en bonne condition, il a réussi à limiter la casse. Il fait top-30 du chrono, ce qui ne lui est jamais arrivé. Ça va le motiver pour la suite. Il avait tendance à ne pas trop s’entraîner sur son vélo de chrono, n’étant pas spécialiste, mais il se rend compte que ça lui manque et que ça peut toujours être utile. Preuve en est cette semaine. Demain, il va s’accrocher, et si on peut profiter de circonstances de course, on n’hésitera pas ».

— Alexandre Philippon to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr

Fidanza sprints to her first podium of the season on stage two in Setmana Ciclista Valenciana – Team BikeExchange


An aggressive Team BikeExchange were rewarded with a strong third place for Arianna Fidanza as stage two of Setmana Ciclista Valenciana came down to a bunch sprint.
 
The team were active throughout the 130km stage with Spaniard Ane Santesteban forcing an early break before being joined by teammate Urška Žigart in a counterattacking move. However, the group was soon brought back and despite several attacks, only one rider managed to escape.
 
The lone attacker established an advantage of more than three minutes as riders continued to attack the peloton behind, but with 30km remaining the chasing bunch were closing in. New Zealand champion Georgia Williams was tasked with leading the chase and the race eventually came back together with five kilometres remaining.
 
26-year-old Fidanza was positioned well for the sprint and took a strong third place, her first podium of the season, behind a photo finish with the victory going to Sandra Alonso.
 
Ariana Fidanza
“The sprint was nervous so I decided to start my sprint at 300 metres to go but it was too early because there was headwind into the finish straight.

In the end I am happy because it’s a good result and I am happy that today I had the chance to have a go for a result myself and for the team as they gave me confidence and trust.

The team was strong all day today, we always were together, racing well and tried to do our best. It was a hard race with some climbs and also with warm weather.

This is my first podium of the season for Team BikeExchange and this gives me confidence for the next races where I’ll continue to try to do my best, help my teammates and race well as a team.”

Alejandro Gonzales-Tablas – Sport Director
“Today was a great result for Arianna without any doubt and also a very strong ride by the whole team, we raced aggressively all day and had all riders in several moves.
 
Arianna has just shown a bit of what she is capable of and I am confident we’ll see more soon.”

2021 Setmana Ciclista Valenciana stage 2 results:
1. Sandra Alonso 3:42:59
2. Sheyla Gutierrez ST
3. Arianna Fidanza (Team BikeExchange) ST
 
General Classification after stage 2:
1. Annemiek van Vleuten 7:03:51
2. Mavi Garcia +2:10
3. Katrine Aalerud +2:27
12. Janneke Ensing +2:31

 Photo – Setmana Ciclista Valenciana/Vicent Brava

— Team BikeExchange to www.greenedgecycling.com