Entradas

Historique Arnaud Démare

Le déclic s’est bien produit à Messine mercredi, pour Arnaud Démare et ses coéquipiers. Au lendemain de sa première victoire de la saison, sur le Giro, le coureur picard a donc récidivé ce jeudi en Calabre. Encore parfaitement mis en orbite par son train, il a cette fois réglé l’ensemble des sprinteurs du plateau, bien que la victoire ne lui ait été octroyée que pour quelques millimètres. Grâce à ce nouveau succès de prestige, il totalise désormais sept succès d’étapes sur le Tour d’Italie, ce qui en fait le Français le plus prolifique de l’histoire sur l’épreuve. Devant Bernard Hinault et Jacques Anquetil, excusez du peu. Enfin, il a aussi, et logiquement, augmenté son avance au classement par points avant une fin de semaine coriace.

C’est avec l’âme légère et une certaine euphorie que l’Équipe cycliste Groupama-FDJ a effectué mercredi soir le transit de la Sicile à la Calabre, via le ferry. Pour Arnaud Démare comme pour ses plus proches équipiers, la victoire acquise à Messine a véritablement accouché d’un soulagement qui les accompagnait encore ce jeudi au moment de se rendre à Palmi pour le départ de la sixième étape. « Ce matin, l’ambiance était super cool et tranquille », témoignait Jacopo Guarnieri. La pression ne pesait donc plus sur les épaules du coureur picard et de son groupe avant une nouvelle étape destinée aux sprinteurs vers Scalea. Une légère difficulté était certes au programme, en tout début de course, mais la journée s’annonçait des plus linéaires. « Honnêtement, la préparation du parcours a été une des plus simples de ces dernières années, assurait Sébastien Joly. Concrètement, on était pratiquement sur la même route pendant près de 200 kilomètres. Le vent était un peu défavorable et la journée a été longue ». Pendant un temps, il n’y a d’ailleurs pas eu de candidat pour une échappée perdue d’avance. Diego Rosa (Eolo-Kometa) s’est dévoué après trente kilomètres et s’est dès lors engagé dans un interminable solo. Dans le peloton, Clément Davy s’est comme la veille positionné en tête pour tranquillement mener la barque. « Physiquement, ce n’était évidemment pas la même chose que les deux derniers jours, disait le jeune Mayennais, mais on en avait tous besoin dans le peloton. Mentalement, en revanche, c’était long ». Sur un rythme de sénateur, l’étape a donc suivi son cours jusqu’à ce que Diego Rosa soit réintégré, à un peu moins de trente kilomètres du terme.

« Il y a un mois, j’aurais peut-être été deuxième… », Arnaud Démare

« Pendant 100-120 kilomètres, on était vraiment endormis, et il faut dans ces moments retrouver l’énergie pour se remettre en route, expliquait Arnaud Démare. En fait, ça se fait naturellement. L’adrénaline monte à la vue des panneaux 50, 45, 40 kilomètres de l’arrivée. On sent la nervosité du peloton grimper ». « Dans les 20-25 derniers kilomètres, ça n’a pas débranché, commentait encore Clément. Il fallait s’impliquer mentalement et physiquement. Ça a été vraiment usant pour moi et je suis allé jusqu’à dix kilomètres environ, ce qui était la consigne. On était du côté gauche, et le vent de la gauche, ça a donc été dur de tenir la barre jusqu’au bout ». C’est toutefois ce qu’il est parvenu à faire, avant de laisser le relais à Tobias Ludvigsson. Dès lors, la bagarre de positions a été constante. « Il y avait un point stratégique, pointait Sébastien. C’était le rond-point à 3,5 kilomètres. Je ne répète normalement pas ce genre d’informations deux fois, mais je l’ai fait cette fois-ci. Une première fois à 30 kilomètres, et une deuxième fois à 15 bornes ». Le message a bien été reçu puisqu’Ignatas Konovalovas, alors à la manœuvre du train, a débouché en tête au sortir de cet « obstacle ». L’emballage final s’est alors mis en route avec le train au complet. Arnaud Démare reprenait le récit : « L’équipe a encore fait un énorme travail, je pense que ça s’est vu à l’écran. Je ne pouvais pas avoir mieux. On avait un super placement à chaque zone stratégique. Tout le peloton était frais, mais les mecs ont su rester devant. On a ensuite réalisé un super train. Morkov et Cavendish sont remontés à notre hauteur à 500 mètres, j’ai senti que j’avais un temps de retard mais j’ai patienté un peu dans la roue de Jacopo. Je savais que Cavendish allait garder la porte fermée sur la gauche. Il fallait donc que je sprinte sur la droite, et j’ai finalement fait un sprint de 100 mètres à peine ».

Lorsqu’il a enfin pu s’ouvrir la porte, l’ancien champion de France a tout lâché. « Ce n’est pas mon style de revenir comme ça de l’arrière, mais je sentais que j’avais la puissance, ajoutait-il. Il me fallait juste trouver l’ouverture et le moment pour passer. Je pensais que ça allait être vraiment juste. Je revenais vraiment fort, j’ai jeté le vélo face à Ewan, et sur la ligne, je me sentais devant. Mais tant que la photo-finish n’est pas tombée, on n’est sûrs de rien ». Au contraire de la veille, la différence a donc nécessité un examen approfondi des imageries de l’arrivée ce jeudi. Le verdict a été annoncé après deux minutes d’apnée, et il était alors favorable au Picard, qui a pu laisser exploser sa joie aux côtés de Jacopo Guarnieri. « Comme je le dis souvent, une victoire ne se joue à rien, reprenait Arnaud. Il y a un mois, j’aurais peut-être été deuxième. Là, c’est en ma faveur. Ça récompense le travail de toute l’équipe qui a encore fait un train formidable. Je suis super content, c’est génial ». « Aujourd’hui, il a attendu, il était calme, sûr de lui-même et je crois que l’interrupteur s’est mis en mode on hier, confiait Jacopo Guarnieri. C’est magnifique. Il a devancé les meilleurs sprinteurs du monde. Personnellement, c’était aussi très spécial car j’ai vécu une journée douce-amère hier. J’étais super heureux pour les mecs, pour Arnaud, pour Ramon, mais j’étais déçu de moi-même. J’ai un orgueil plutôt marqué et je voulais réagir aujourd’hui. On avait beaucoup de confiance après hier, le train était encore hyper fort et je suis super content d’avoir pu y participer. On savait qu’une fois que la roue était en mouvement, il était plus facile de la faire tourner. En début de Giro, on s’était dit : ‘’les gars, on est forts, on est en forme, il faut simplement que tout s’aligne’’. Aujourd’hui c’était juste parfait et on peut donc être très satisfaits ».

« La partition parfaite », Sébastien Joly

La page du début de saison délicat est donc tournée pour de bon. « On n’était pas à notre niveau, mais tout le monde est aussi tombé malade à un moment donné, rappelait Arnaud. Ça nous a bien pénalisés, même s’il ne faut pas se cacher seulement derrière ça. On n’était pas là où on voulait être. On a tous bien travaillé dans le mois précédant le Giro et les voyants étaient au vert pour tout le monde. On sent que tout le monde va bien physiquement. L’équipe et le staff se sont aussi remis en question pour être encore meilleurs ». Sébastien Joly, qui a d’abord reçu une information donnant Caleb Ewan vainqueur, a finalement explosé de joie dans la voiture suiveuse et livrait plus tard ses louanges. « Je dirais que c’était la partition parfaite, lançait-il. J’avais dit à Ramon qu’au vu de ce qu’il avait produit hier, il était capable de le refaire avec le train au complet. J’étais très content de revoir Kono à sa place également. C’est un élément charnière, mais chacun a en réalité assumé son poste parfaitement ». « C’est une belle expérience, se délectait Clément Davy, actuellement sur son premier Grand Tour. Il ne faut pas s’y habituer, car on peut aussi passer des moments plus difficiles, mais ça donne encore plus envie d’y retourner ! » Le prochain sprint massif pourrait n’intervenir que la semaine prochaine. En attendant, Arnaud Démare a non seulement augmenté à 56 points son avantage au maillot cyclamen, mais il est aussi devenu le coureur français le plus prolifique sur le Giro avec sept bouquets. « C’est énorme, concluait-il dans un grand sourire. Quant au maillot cyclamen, il ne faut pas s’emballer. Je sais que ce n’est pas acquis. Je prends ce qui est à prendre pour le moment, et je me contente pour l’heure de cette superbe victoire collective. Je sais qu’un Grand Tour, c’est long. On n’est qu’en première semaine. Il faut rester humble ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr