Entradas

Une fin de saison en apothéose pour Arnaud Démare

Une grande victoire, une victoire avec la manière, et une victoire qui fait le plus grand bien. Sur la longue avenue de Grammont, traditionnel théâtre de l’arrivée de Paris-Tours, Arnaud Démare a ce dimanche conquis l’un de ses plus beaux succès, et ce à l’occasion du tout dernier rendez-vous de sa saison. Dans une course très décousue à travers les chemins de vignes, l’ancien champion de France a lui-même opéré la différence dans les dernières difficultés avant un mano à mano haletant dans le final vers Tours. Revenu sur la tête de la course dans le dernier kilomètre, le Picard s’est alors offert sa neuvième victoire de la saison après un sprint colossal de près de 300 mètres. Petit clin d’oeil de l’Histoire, il devient le premier Français à remporter l’épreuve depuis … Frédéric Guesdon, son directeur sportif du jour, vainqueur en 2006.

Au lendemain du dernier Monument de la saison, c’est la dernière grande Classique du calendrier qui se présentait ce dimanche, entre Chartres et Tours. Sur un parcours remanié au cours des dernières années, la 115ème édition de Paris-Tours sonnait la fin de la saison 2021 pour un bon nombre de coureurs. C’était donc l’occasion de lâcher ses ultimes cartouches, et l’Équipe cycliste Groupama-FDJ avait bien l’intention de peser sur l’épreuve en créant, après à peine trente kilomètres, un premier coup de bordure derrière un trio échappé. « On avait un fort collectif au départ, on voulait donc durcir la course et surtout avoir plusieurs cartes dans le final, présentait le directeur sportif Frédéric Guesdon. On sait que sur ces chemins de vigne, on peut tout perdre. On ne pouvait donc pas tout miser sur un seul homme et on voulait donc procéder à une course d’élimination pour favoriser nos chances ». Le mouvement initié en début de course n’a finalement pas abouti, mais il a toutefois donné le ton de la journée. Par la suite, Rune Herregodts (Sport Vlaanderen-Baloise), Julien Duval (AG2R-Citroën) et Gijs Leemreize (Jumbo-Visma) ont même pu prendre sept minutes d’avance en tête de course, avant que le peloton ne soit de nouveau secoué par des bordures à la mi-parcours. Dans un premier peloton d’une trentaine d’unités, l’équipe pouvait compter sur Arnaud Démare, Stefan Küng et Olivier Le Gac, tandis l’échappée était revue vingt kilomètres avant le premier chemin de vigne.

« Tous avaient la consigne d’aller de l’avant », Frédéric Guesdon

« On en avait trois devant, mais l’écart n’a jamais été très important et cela a permis à ceux encore présents dans le peloton de rester dans le match, indiquait Frédéric. Bien heureusement d’ailleurs, car on a ensuite eu besoin d’un coureur comme Valentin, par exemple ».  Dans les premiers secteurs, Stefan Küng et Arnaud Démare sont restés attentifs au sein du groupe de tête, duquel s’est néanmoins détaché un trio composé de Frédérik Frison, Franck Bonnamour et Stan Dewulf. À une trentaine de kilomètres, le peloton s’est en partie recomposé et la Groupama-FDJ a alors initié un forcing dans la côte de la Rochère, dans le sillage de Ramon Sinkeldam. S’en sont suivies plusieurs offensives de Valentin Madouas, qui ont permis d’établir une vraie sélection au sein du « peloton ». Le Breton était même rejoint à vingt kilomètres du but par Stefan Küng, Arnaud Démare et quelques autres. Dans l’avant-dernière difficulté, le tenace Brestois en a remis une couche, et seuls cinq coureurs ont cette fois-ci pu l’accompagner, dont son compère Arnaud Démare. L’écart s’est alors réduit à trente secondes avec les hommes de tête, au nombre de deux après la crevaison de Frison. « On ne voulait pas mettre tous nos oeufs dans le même panier, rappelait Frédéric. C’est pour ça que tous avaient la consigne d’aller de l’avant et d’être offensifs. Valentin a tenté de sortir, ça n’a pas marché, donc il s’est mis au service d’Arnaud ».

Mais à l’instar de ses coéquipiers, Arnaud Démare n’a pas joué sur la défensive. C’est lui-même qui a porté l’estocade décisive dans la côte de Rochecorbon, dernier relief de la journée. Jasper Stuyven s’est employé pour rester dans la roue tandis que Valentin Madouas franchissait le sommet avec trente mètres de retard, qu’il n’aura pu boucher. « Il fallait prendre la course en main, assurait Frédéric. Quand tu veux une arrivée au sprint, tout repose sur toi, et ce n’est peut-être pas la meilleure façon pour rentrer. Il fallait attaquer et se retrouver entre hommes forts. C’est ce qu’il s’est passé avec Stuyven. Les deux vont vite, les deux sont en forme, les deux sont des gagneurs et tous les deux avaient intérêt à rouler ». S’est dès lors installé une lutte à – courte – distance entre le duo Bonnamour-Dewulf et le binôme Démare-Stuyven dans les dix derniers kilomètres. « Je ne savais pas si on allait rentrer, confessait Arnaud. On est bien sortis avec Stuyven, mais on a ensuite longtemps stagné à dix secondes. On les voyait, ils étaient là, mais ça ne voulait pas rentrer. J’étais un peu à la rupture et je voyais qu’il donnait aussi ce qu’il pouvait. On grappillait, mais très peu ». « À un moment j’ai eu peur, confiait Frédéric, même si on se doutait que ça allait un peu se regarder devant. On aurait pu tomber sur un coureur beaucoup moins rapide qu’Arnaud, et qui laisse donc à Arnaud toute la responsabilité. Heureusement ça n’a pas été le cas, et tout est rentré dans l’ordre dans le dernier kilomètre ».

« C’est beaucoup d’émotions », Arnaud Démare

Après un rapproché progressif, c’est Arnaud Démare en personne qui a pris l’initiative de boucher les derniers mètres après le passage de la flamme rouge. Et ce n’est qu’une poignée de secondes plus tard que le sprint a démarré. « J’ai voulu lancer de loin, racontait le Beauvaisien. Je savais que tout le monde était cuit et que je pouvais faire la différence sur la résistance. Je ne voulais vraiment pas me louper. J’ai vu le panneau 250 mètres, j’ai eu l’ouverture et j’y suis allé, en force. J’y ai vraiment cru, je n’ai rien lâché et je voulais vraiment aller la chercher ». Sur un effort long et puissant, sa spécialité, Arnaud Démare a donc pris les commandes et ne les a jamais lâchées. Avec une longueur d’avance sur ses concurrents sur la ligne, il a donc pu laisser exploser sa joie en accrochant l’une des plus belles Classiques du calendrier à son palmarès. « Remporter Paris-Tours après cette deuxième partie de saison difficile, c’est beaucoup d’émotions, commentait-il quelques minutes plus tard dans un large sourire. Je suis vraiment très heureux. Ces derniers temps, je n’avais pas de réussite, ou pas les jambes que je voulais, mais je n’ai jamais rien lâché. J’ai une pensée pour ma femme, avec qui on a tout bien fait pour continuer à y croire. Et ça y est, ça a tourné. Ça sourit aujourd’hui et c’est extra. Gagner sur la dernière course de la saison, et de cette manière, c’est un grand bonheur. J’en ai remporté des victoires, mais celle-là, je la savoure ».

C’est donc par la grande porte, et avec un neuvième bouquet en 2021, qu’Arnaud Démare peut sereinement partir en vacances. « Toutes les victoires font du bien, mais celle-ci certainement davantage que d’autres, encore plus pour Arnaud qui attendait ça depuis le mois de juin, ponctuait Frédéric. On sortait aussi d’un Paris-Roubaix un peu décevant, alors on est contents de finir la saison par une victoire (la 23e de l’équipe cette année, ndlr). Je n’aime pas dire que ça sauve sa saison, mais ça va en tous les cas lui faire du bien pour attaquer la prochaine. On sait très bien qu’on ne peut pas toujours être en haut de l’affiche et qu’il faut sans cesse se remettre en question. Arnaud a gagné avec la manière, mais on sait qu’il est capable de ce genre de choses. J’espère que ça lui donnera des idées pour la suite ». En attendant, le directeur sportif breton a dû abandonner son étiquette de dernier vainqueur français de Paris-Tours (2006). « Ça me fait plaisir d’être délogé par un mec de l’équipe, lâchait-il. Et quitte à avoir un successeur, autant participer à la victoire. Au moins, on n’est pas entièrement rayé des tablettes ! »

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr