Laurens Huys prend de la hauteur

Après un Tour de Hongrie ponctué par une 6e place dans l’étape-reine et une 6e place au classement final, Laurens Huys prend de la hauteur cette semaine avec l’Alpes-Isère Tour. Bingoal Pauwels Sauces WB se présente en France avec une équipe solide et plusieurs atouts à jouer dans les côtes et les cols alpestres. La première étape, disputée mercredi autour de Charvieu-Chavagnieux présente deux côtes de 3e catégorie dans le milieu du parcours. La 2e étape St Jean de Soudain – La Verpillière comprend cinq difficultés dont quatre côtes de 3e catégorie et une de 2e. Le circuit local est pimenté par trois passages de la Côte de Villefontaine. Dont le dernier se situe à 4,4 km de l’arrivée. La 3e annonce 6 côtes répertoriées de 3e catégorie, dont la côte de Pusignan à gravir 3 fois dans le circuit local, à 4,7 km de la ligne d’arrivée. La 4e étape, le plus longue (174 km), comprend neuf difficultés de 3e et 2e catégorie, dont la côte du Colombier à 8 km de l’arrivée. Le parcours de la 5e et dernière étape, l’étape-reine, est tracé au coeur du Massif de la Chartreuse: six difficultés sont au menu des coureurs dont 5 cols de première catégorie.

Laurens Huys. « Je suis content de ma prestation au Tour de Hongrie où j’ai pu assurer la mission qui m’était confiée de terminer dans le top10 au classement général. La 4e étape, qui était décisive, était très dure. J’ai roulé très bien entouré par mes co-équipiers pendant toute la journée Dans la dernière montée, j’ai été idéalement placé au pied de la difficulté par Sean De Bie, avant les 3 derniers kilomètres. Les jambes ont ensuite parlé dans la finale, j’ai terminé 6e, je pense que je ne pouvais pas faire mieux. L’équipe a effectué un très beau travail collectif en Hongrie avec un équipier dans le top 10 tous les jours. J’enchaîne cette semaine avec l’Alpes-Isère Tour. Nous sommes dans une course de classe .2 et je ne pense pas qu’une équipe prendra le contrôle de la course. Je pense que ce sera la guerre tous les jours. Compte tenu du profil de la course, il n’y aura pas beaucoup de sprint final. Je dirais qu’on peut assimiler les 4 premières étapes au profil du Tour de Namur. L’avant-dernier jours et surtout le dernier jour sont durs, avec des cols de 1re catégorie dans la 5e étape en montagne. Nous nous présentons dans les Alpes avec une très bonne équipe: nous avons plusieurs cartes possibles, notamment avec Luc Wirtgen et Rémy Mertz. » (Photonews)

 

 Sélection pour Alpes-Isère Tour

— eric to www.wbca.be