La journée « de trop »

En direction d’Arrate, là même où il avait triomphé en 2021, David Gaudu a ce samedi payé sa préparation tronquée lors de la sixième et dernière étape du Tour du Pays Basque. Le leader breton n’a pas été en mesure de se mêler à la bataille finale entre les favoris de l’épreuve et a par conséquent rétrogradé à la dix-huitième place du classement général. Plus en jambes que son coéquipier, Sébastien Reichenbach a lui terminé à une solide dix-septième place, incorporant lui aussi le top-20 final (19e).

À peine 135 kilomètres étaient à parcourir pour en terminer avec une édition du Tour du Pays Basque particulièrement exigeante. Mais ces 135 kilomètres affichaient un condensé de difficultés incluant plus de 3500 mètres de dénivelé positif. La bagarre finale s’annonçait de fait coriace entre les prétendants d’un classement général encore grandement ouvert à l’aube de ce dernier acte. Bien heureusement pour une partie du peloton, la lutte pour l’échappée a été bien plus courte que les jours précédents et cinq hommes ont ainsi réussi à se glisser en tête lors des dix premiers kilomètres : Nelson Oliveira (Movistar), Cristian Rodriguez (TotalEnergies), Davide Formolo (UAE Team Emirates), Tony Gallopin (Trek-Segafredo) et Xabier Mikel Azparren (Euskaltel-Euskadi). Le peloton leur a même permis de prendre jusqu’à six minutes d’avance avant de se mettre en marche. Ce fût donc le cas à environ cent kilomètres de l’arrivée sous l’impulsion de l’équipe Ineos Grenadiers. La sélection s’est dès lors progressivement opérée au fil des difficultés du tracé, et l’écart était réduit à deux minutes avec les hommes de tête avant l’antépénultième ascension du jour. C’est à cet instant, dans la montée de Krabelin, un autre versant menant à Arrate, que la course a complètement explosé. Rudy Molard, Sébastien Reichenbach et David Gaudu figuraient encore dans un peloton d’une soixantaine d’hommes au pied, mais aucun n’a été en mesure d’accompagner les tout meilleurs lorsque ceux-ci sont entrés en action à quarante bornes du but.

« Ce n’est pas inquiétant », Philippe Mauduit

Une petite dizaine de prétendants au général se sont détachés et ont alors livré bataille dans les trois dernières difficultés de la journée. Ion Izagirre a finalement tiré les marrons du feu à Arrate une grosse heure plus tard alors que Dani Martinez s’octroyait le gain du général. Sébastien Reichenbach a été le premier coureur de la Groupama-FDJ à franchir la ligne, en 17e position à plus de trois minutes, alors que David Gaudu, 31e à sept minutes, a davantage souffert dans cet ultime jour de course. « C’était une étape difficile pour l’équipe aujourd’hui, on est arrivé en bout de course, tranchait Philippe Mauduit. Seb est resté sur sa lancée et a réalisé une solide étape alors que c’était peut-être la journée de trop pour David. Ce n’est pas inquiétant dans la mesure où la course a été difficile dès le premier jour, qu’il y avait un niveau extrêmement élevé, et qu’il était en reprise après ses problèmes physiques.  Le bilan était très bon il y a deux jours, il était encore bon hier, et il est finalement un peu mitigé ce soir. Ils ont fait un très bon début de course mais on s’est fait rattraper sur la fin par le manque d’endurance. Cela reste une course positive dans la progression de David. Simplement, l’accumulation de la fatigue s’est avérée fatale, et c’est à vrai dire plutôt normale au regard de sa préparation. Ils ont malgré tout bien bossé tout au long de la semaine. Du point de vue de l’état d’esprit et de l’implication autour de David, ils ont été irréprochables et on va maintenant se tourner vers les futurs objectifs ». Au classement général final, David Gaudu a finalement terminé en 18e position, juste devant Sébastien Reichenbach (19e).  

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr