Giro d’Italia – Jour de repos : Extraits de la Conférence de Presse

Ce mardi, le peloton du Tour d’Italie a observé son premier jour de repos. L’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux, rassemblée dans la commune d’Assise, vient de disputer ses 10 premières étapes sur la Corsa Rosa. À plus d’un titre, ce fut un début de Giro historique pour la formation belge.

Dès le troisième jour, Taco van der Hoorn a décroché un succès d’étape, devançant les sprinters à Canale après 190 kilomètres d’échappée. Ce succès est non seulement le premier de la saison pour l’équipe, mais aussi le premier de l’histoire de l’équipe sur un Grand Tour. Le lendemain, Quinten Hermans et Rein Taaramäe réalisaient un numéro, eux aussi en échappée, offrant un instant l’espoir du maillot rose. Andrea Pasqualon a ensuite tenu tête aux coureurs les plus rapides du Giro, décrochant une 7ème place à Cattolica et une 5ème place à Termoli. À l’issue des premières explications en haute montagne, l’Estonien Taaramäe occupe la 17ème place du classement général, à 2 minutes 16 du maillot rose Egan Bernal. 

À l’occasion d’une conférence presse, le directeur sportif Valerio Piva et les coureurs Hermans, Taaramäe et Van der Hoorn, sont revenus sur ces débuts et ont évoqué leurs objectifs pour les jours à venir.

Valerio Piva (directeur sportif) :
« Nous étions venus sur le Tour d’Italie avec l’ambition de remporter une victoire d’étape. Dès le troisième jour, nous y sommes parvenus avec Taco van der Hoorn, qui s’était échappé dès le premier kilomètre. C’était un moment incroyable. Pour l’équipe, c’est un rêve qui s’est réalisé. Après ce succès, nous avons participé à plusieurs échappées et continué à provoquer des mouvements de course. Nous n’avons jamais cessé d’être offensifs. La motivation et la confiance sont omniprésentes chez les coureurs. »

« Notre Giro n’est pas terminé et ce succès ne nous a pas rassasié. Le désir de réessayer nous anime toujours. Pour réitérer l’exploit, je suis convaincu que notre stratégie d’anticiper est toujours d’actualité. La lutte pour le classement général est loin d’être actée et il est toujours possible d’échapper au contrôle du peloton. Surtout losque l’on jette un oeil au profil des étapes qui arrivent. Aussi, cette stratégie correspond aux caractéristiques de nos coureurs. »

Taco van der Hoorn :
« J’étais déjà très heureux de recevoir l’opportunité de disputer un Grand Tour. Remporter une victoire d’étape si tôt dans la course nous ôte la pression des épaules. Je suis heureux pour moi personnellement bien sûr mais aussi pour mon équipe. À présent, nous pouvons rouler avec l’esprit plus “tranquille” et aborder le reste du Giro plus sereinement. »

Quinten Hermans :
« J’avais fait de l’étape de demain un objectif. Les routes blanches vers Montalcino me plaisent. Mais à mon avis, nous serons confrontés à une bagarre entre les hommes du classement général. Egan Bernal connait ces routes pour avoir disputé Strade Bianche plus tôt cette saison, et il a l’équipe pour faire plier la course. Ce ne sera donc pas chose facile de se disputer la victoire d’étape pour une échappée. »

Rein Taaramäe :
« Mon objectif en venant sur le Giro, c’était de venir pour me battre. J’ai participé à l’échappée de la quatrième étape, où j’ai fait neuvième, et depuis j’occupe une position intéressante au général. J’étais encouragé par ma 23ème place à Ascoli Piceno. Mais l’étape de vérité jusqu’ici, c’était à Rocca di Cambio. Je termine 17ème d’une grosse étape de montagne et devant des coureurs comme Nibali. Depuis, j’ai de plus en plus la conviction de pouvoir décrocher un bon classement général à Milan. »

— mseWGG to intermarche-wantygobert.eu