Satisfactorio cierre de Luxemburgo – BURGOS BH

El Burgos BH afrontó el fin de semana con un nuevo doble frente en Luxemburgo e Italia. Jetse Bol aguantó con los favoritos las cotas de la quinta etapa. Pelayo Sánchez se filtró en la fuga del día de camino a Cesenático.


El Tour de Luxemburgo llegó a su fin con la quinta y última etapa que mantuvo el estilo de los recorridos de jornadas anteriores. Desde el inicio, los equipos de los favoritos condujeron al pelotón para dar caza a la escapada del día. Con el paso de los kilómetros, la secuencia de pequeñas cotas con porcentajes exigentes seleccionó el grupo y los cinco ciclistas morados trabajaron para mantener sus opciones. El ritmo del gran grupo creció en el último tercio de etapa y Jetse Bol rodó en el grupo de favoritos, que se fracturó en el último muro de la vuelta, a 1 kilómetro de meta. La formación burgalesa pone el broche a la última vuelta por etapas de la temporada, en la que ha buscado su oportunidad frente a los equipos World Tour desde las fugas y en la única llegada masiva donde Manu Peñalver hizo noveno.


Rubén Pérez, director deportivo, comenta la actuación en la vuelta con ganas de haber logrado algo más: “Ha habido pocas oportunidades para el esprint, pero el día que la tuvimos, la trabajamos muy bien para que Peñalver intentará rematar y finalmente lo hizo bien. Hemos peleado por la victoria sin lograrlo, pero el equipo ha estado en la lucha con carácter combativo y valiente. Se ha trabajado, se suman experiencias y de ello se aprende” expuso.

— Guillermo Iglesias to www.burgosproteam.com

Another top 20 for Peron on stage 3 at Tour of Slovakia

Andrea Peron (ITA)

“It was a hard one today, no doubt about it. Close to 200km and very wet, cold conditions, but I quite like it when it’s epic and full gas. I’m feeling good and to get inside the top 20 again is very positive.”

“We’ve been working well together the last couple of days and although it would be great to break into the top 10, we have to be pleased. It’s a really competitive field of sprinters here and as we saw yesterday the finals are very nervous. The last few km we were flying and it was a battle just to hold position at the front.”

“One more stage to come tomorrow and one more chance to try and get up there, we’ll give it our all and hope we can leave with another good result.”

Sports Director, Massimo Podenzana (ITA)

“Another tough day on the saddles, with over nearly 200 kilometers and bad weather conditions almost all the way.

But our boys did well, worked together to protect Andrea and to bring him to the final sprint up front. They showed good teamwork which got paid off with the top 20 of Andrea.

Tomorrow is the final road stage and also the flattest. Chances are it will finish in a sprint again and we want to have the chance to go with Andrea and aim to a top ten.”

— tnn to www.teamnovonordisk.com

David Gaudu et la Groupama-FDJ sortent par la grande porte

Le Tour de Luxembourg s’est ce samedi achevé de la meilleure des façons pour l’Équipe cycliste Groupama-FDJ. Dans les rues de la capitale, et après un final explosif, David Gaudu est ainsi parvenu à lever les bras en anticipant très intelligemment dans les derniers hectomètres. Le Breton permet non seulement à l’équipe de tirer un bilan très positif de son séjour dans le Grand-Duché, mais aussi de débloquer à la fois son compteur (3) et celui de l’équipe (22), respectivement bloqués depuis cinq et un mois. En somme, un succès qui fait le plus grand bien et qui laisse augurer de belles choses pour les prochaines échéances.

« Je ne voulais pas avoir de regrets », David Gaudu

Comme ce fût le cas tout au long de la semaine, le terrain était encore bien accidenté ce samedi, pour l’acte de clôture du Tour de Luxembourg. Près de 3300 mètres de dénivelé positif étaient même répartis sur les 183 kilomètres de course, et un circuit final usant autour de la capitale du Grand-Duché laissait entrevoir un final animé. Au préalable, un quatuor composé de Ben King (Rally Cycling), Otto Vergaerde (Alpecin-Fenix), Morten Hulgaard (Uno-X) et Kenny Molly (Bingoal-Pauwels Sauces WB) a joué son va-tout face au peloton et a d’ailleurs compté jusqu’à sept minutes d’avance. Un écart néanmoins ramené à deux minutes à trente-cinq bornes du but, soit peu avant l’entrée sur le circuit. « On avait imaginé durcir à ce moment-là de la course, mais d’autres équipes l’ont fait à notre place, donc on a laissé faire », expliquait Sébastien Joly. Dans le court mais abrupte Pabeierbierg (700m à 9%), la sélection s’est donc entamée. Le peloton a été réduit de moitié, et a encore perdu de nouveaux éléments un tour plus tard lorsque Sébastien Reichenbach a lancé un forcing dans cette même difficulté, à environ quinze kilomètres du but. Le même Reichenbach a plus tard initié une offensive à l’occasion de l’autre bosse du circuit, plus roulante. « C’était bien d’attaquer pour faire travailler les autres équipes, sans désorganiser, analysait Sébastien Joly. Cela nous a permis d’arriver dans de bonnes conditions au pied de la dernière bosse ». Une quarantaine d’hommes se sont donc présentés au pied de cette difficulté, dont le sommet n’était situé qu’à un kilomètre de la ligne d’arrivée.

Comme attendu, l’ascension a été extrêmement intense et Cosnefroy, Almeida et Hirschi parvenaient à atteindre le sommet avec quelques longueurs d’avance. « Quand Cosnefroy a attaqué, c’était très violent, y compris pour les trois meilleurs, expliquait Sébastien. Au sommet, ils ne regardent pas, ils sont à bout de souffle. Et c’est le moment que choisit David pour attaquer ». À un deuxième échelon dans le final de l’ascension, David Gaudu a d’abord établi la jonction avant d’anticiper, à 500 mètres de la ligne. Le principal intéressé racontait : « Depuis hier soir, j’avais dans la tête de ne pas attaquer dans la bosse. Je m’étais dit : ‘si tu attaques, tu n’en mets qu’une, dans le dernier kilomètre, quand tout le monde se regarde’. C’est ce qu’il s’est passé. C’était un final très difficile et je sentais que je n’étais pas le plus fort aujourd’hui. Si je voulais gagner, il fallait contrer. Je ne voulais pas avoir de regrets donc je me suis dit ‘lance et on verra bien’. J’ai réussi à prendre un peu d’avance, passé le dernier virage aussi vite que je le pouvais et j’ai tout donné jusqu’à la ligne d’arrivée. J’ai eu peur que le scénario du premier jour se répète. Je voyais le maillot jaune revenir petit à petit, mais j’ai tout donné dans le sprint et c’est passé ! ». Le jeune homme s’est ainsi offert la victoire du jour au nez et à la barbe de Joao Almeida et d’une dizaine de coureurs, dont Thibaut Pinot. « David a eu de la vista, saluait Sébastien. Il a ce côté coursier inné. C’est hyper inspirant pour tous, et c’est aussi ce que je retiens de cette journée. Déjà lors de la première étape, il avait attaqué au bon moment. Il sent les choses, et c’est avant tout ça être un coursier. C’est bien que ça ait souri aujourd’hui. Le terrain n’était sans doute pas assez dur pour nous sur le papier, mais c’est à nous de nous adapter. Et David s’est particulièrement bien adapté ».

« On sent qu’une belle énergie est en train de repartir », Sébastien Joly

L’équipe toute entière était d’ailleurs euphorique sur la ligne d’arrivée, signe d’une course collective menée à bien. « On mérite cette victoire, martelait Thibaut, treizième du jour et septième du général, soit un rang derrière David Gaudu. Toute l’équipe marchait très fort et on tournait autour lors des dernières courses. C’est très bien d’enfin mettre au fond ». « Je suis très heureux, et ça récompense la semaine de l’équipe, reprenait David. Depuis le début de l’épreuve, on est là, à l’attaque, et on essaie de faire les choses bien. Encore aujourd’hui, l’équipe a fait un grand travail toute la journée pour nous placer au pied des bosses et pour nous protéger du vent. On était à la recherche d’une victoire depuis un moment. C’est fait, donc on est heureux. Elle me fait du bien personnellement, mais je pense aussi qu’elle fait du bien à toute l’équipe ». « Elle fait effectivement du bien, d’autant que c’est une victoire sur une belle course Hors Catégorie, avec de grosses équipes et une grosse densité, abondait Sébastien Joly. De manière générale, on sent qu’une belle énergie est en train de repartir. Ça devrait promettre une belle fin de saison. Le bilan de la semaine est bon, et ça nous a surtout permis de nous jauger physiquement. On a pu constater que sur les étapes les plus difficiles, on était là. C’est prometteur en vue des Classiques italiennes. C’était loin d’être une course de préparation, mais c’est en tout cas une excellente préparation pour ces courses qui se profilent dans une dizaine de jours ».

Avant la dernière ligne droite transalpine, un léger repos sera tout de même le bienvenu pour David, Thibaut & co. « On ressort avec le plein de confiance, concluait enfin David. On va continuer de travailler pour peaufiner les derniers réglages, puis ce sera cap sur les Classiques italiennes ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr

Rozando el podio – Equipo Kern Pharma

Roger Adrià y el Equipo Kern Pharma han vuelto a acaparar todas las miradas en la tercera etapa del Okolo Slovenska – Tour de Slovaquie (Eslovaquia, UCI 2.1, 15-19/09), donde la lluvia ha acompañado al pelotón prácticamente en la totalidad de la jornada. Sin opciones claras, pero con la valentía que les caracteriza, los siete farmacéuticos han dando una lección de combatividad y trabajo en equipo para favorecer las opciones del corredor catalán, que ocupa la cuarta posición en la clasificación general a falta de la última manga.

Después de un frenético inicio donde los pupilos de Juanjo Oroz buscaron insistentemente la escapada, Roger Adrià logró filtrarse de nuevo en la avanzadilla del día, esta vez acompañado por Zagálka (EKA), Budzinski (MSP), Tonelli y Garosio (BSF). El corredor de la escuadra navarra pudo sumar unos valiosos segundos en dos de los esprines intermedios que le auparon al cuarto puesto en la clasificación general antes de dejarse atrapar por el pelotón. Finalmente, la jornada se cerró con la victoria de Halvorsen (UXT) al sprint y Kiko Galván (15º) fue el mejor farmacéutico en meta.

“La etapa de hoy ha sido dura, pero hemos cumplido el objetivo, que era coger las bonificaciones para estar bien colocado en la general”, explica Roger Adrià. “El equipo ha endurecido la carrera para que pudiera coger la fuga y ha echado abajo los intentos en los que no estábamos representados. Han hecho un gran trabajo y yo me he visto con buenas piernas, pero pensando en guardar porque la carrera se iba a resolver al sprint, aunque ha sido complicado coger las bonificaciones ya que había corredores muy rápidos”, concluye Adrià.

La ronda eslovaca conocerá a su vencedor final el domingo tras una nueva etapa con final al sprint en la localidad de Trnva, donde los jóvenes del Equipo Kern Pharma tratarán de mantener la cuarta posición de Roger Adrià en la general.

— mgiliborra to equipokernpharma.com

Desafío para ciclistas con mayúsculas – Equipo Kern Pharma

Continúa la actividad del Equipo Kern Pharma en un mes de septiembre plagado de rondas por etapas. Mientras un bloque dirigido por Juanjo Oroz destaca en la Okolo Slovenska – Tour de Slovaquie (Eslovaquia, UCI 2.1, 15-19/09), una segunda delegación del conjunto farmacéutico encabezada por Pablo Urtasun pone rumbo al noroeste de la Francia continental para disputar el Tour de Bretagne (Francia, UCI 2.2, 20-26/09), prueba de siete jornadas caracterizadas por recorridos de escasa altitud (no llega a picar por encima de los 300 metros sobre el nivel del mar) y notable exigencia. La naturaleza del terreno bretón, con carreteras que serpentean entre colinas rodeadas de frondas para posteriormente exponerse al viento de la costa y las inclemencias de un clima volátil, ponen la dureza. La constante entrada y salida en breves pueblos y los revirados circuitos al final de cada etapa aportan un plus de complejidad técnica. En todo esto radican el desafío y el atractivo de una ronda particular e ideal para forjar ciclistas con mayúsculas.

Nos vamos a encontrar carreteras estrechas, repechos, viento, probablemente agua…”, enumera Pablo Urtasun, director deportivo del Equipo Kern Pharma en este Tour de Bretagne. “Será una carrera complicada, pero a la vez muy buena para recoger experiencia en un terreno muy particular y exigente. Nos gustaría luchar por victorias de etapa y por los primeros puestos de la general. Llevamos un bloque muy bueno para disputar esos honores”. Para ciclistas como Álex Jaime o Martí Márquez será la segunda presencia en la ronda bretona, en la que ya participaron con el Equipo Lizarte en 2019. Para Enrique Sanz será un debut y una despedida: éste será el último dorsal como profesional del ciclista navarro, que esta semana anunció en redes sociales su retirada del ciclismo.

Tour de Bretagne (Francia, UCI 2.2, 20-26/09)

Web oficial | Libro de ruta

Alineación: Carlos García Pierna, Álex Jaime, Jordi López, Martí Márquez, Ibon Ruiz, Enrique Sanz

Recorrido:
20/09 – 12:40 – 16:30. 1ª etapa : Le Cambout – Allineuc, 159 km
21/09 – 12:00 – 16:00. 2ª etapa: Corlay – Rosporden, 169,1 km
22/09 – 12:00 – 16:00. 3ª etapa: Rosporden – Brandivy, 170,5 km
23/09 – 12:50 – 16:30. 4ª etapa: Ploeren – Louisfert, 167,6 km
24/09 – 11:30 – 16:30. 5ª etapa: Châteaubriant – Boisgervilly, 217 km
25/09 – 14:30 – 18:30. 6ª etapa: Quédillac – Fougères, 166,4 km
26/09 – 15:00 – 18:30. 7ª etapa: Guitté – Dinan, 156,1 km

Cobertura:
Lista de Twitter con las cuentas más interesantes para seguir la carrera
Televisión en directo: Retransmisión diaria de las dos últimas horas de cada etapa en Facebook (L20-D26) y de los dos últimos días en France 3 Bretagne (S25-D26, 17:10)

— EquipoLizarte to equipokernpharma.com

Peron avoids crash in the finale and brings home 12th place on Tour of Slovakia stage 2

Andrea Peron (ITA)

“After yesterday disappointment, my motivation was high and I really wanted to do well.”

The legs felt good and I was able to keep the pace and stay in the bunch until the very end. There was a crash in the last curve but thankfully I managed to avoid it and didn’t affect my sprint.” 

A top 10 would have been amazing, but I gave my best.That was a strong group and the 12th place is a good result. I am mostly happy I felt better than the previous days and now I want to stay focused and keep this pace in the two final stages.”

Sports Director, Massimo Podenzana (ITA)

“It was a hard stage for our guys today. Longer than yesterday, with three categorised climbs and another finale for sprinters. Rain and cold didn’t make it any easier!

Our goal was to protect Andrea and have him ready for the final sprint. He did really well, took some risks and brought home a result that means a lot to us. Bravo Andrea! And now focus is on tomorrow stage.”

— tnn to www.teamnovonordisk.com

Ataques pasados por agua – Equipo Kern Pharma

La lluvia hizo acto de presencia en la segunda etapa del Okolo Slovenska – Tour de Slovaquie (Eslovaquia, UCI 2.1, 15-19/09) y endureció la que, sobre el papel, se preveía la jornada reina de la ronda eslovaca. Kiko Galván logró ser quinto en un reducido y accidentado sprint del que salió victorioso Steimle (DQT) a pesar de los intentos del Equipo Kern Pharma por romper la carrera, primero tensando el pelotón y luego con un ataque de Roger Adrià en los últimos 15 kilómetros.

Cinco corredores conformaron la avanzadilla del día en el Okolo Slovenska – Tour de Slovaquie, que logró contar con más de cuatro minutos de renta con respecto al pelotón. Ya en la última parte de la etapa y con la escapada neutralizada, los jóvenes dirigidos por Juanjo Oroz, manager del Equipo Kern Pharma, endurecieron la carrera y prepararon el terreno para un ataque en el último puerto de Roger Adrià, a quien acompañó en el intento el triple Campeón del Mundo Peter Sagan. Finalmente, la jornada concluyó con el quinto puesto de Kiko Galván en el sprint.

Sonriente, Kiko Galván confiesa que no se esperaba terminar “tan delante” en la tercera jornada de la ronda eslovaca. El hombre rápido del Equipo Kern Pharma, que ha logrado librar una caída en la última curva, se muestra satisfecho con el resultado: “Me quedo contento con la posición y las sensaciones. Mañana lo intentaremos de nuevo, aunque sabemos que es complicado ganar porque hay sprinters de gran nivel”.

El Okolo Slovenska – Tour de Slovaquie celebrará su tercera etapa el sábado: 193 kilómetros de media montaña en los que los ciclistas farmacéuticos tendrán que sortear cinco cotas de 2ª categoría.

— mgiliborra to equipokernpharma.com

Sentiments mitigés après le chrono

Autour de la localité de Dudelange, un peu plus de vingt-cinq kilomètres étaient à couvrir de manière solitaire, ce vendredi, sur le Tour de Luxembourg. À cette occasion, trois coureurs de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ ont intégré le top-20 du jour, avec Bruno Armirail (11e), Thibaut Pinot (13e) ainsi que David Gaudu (18e). Ce vendredi soir, le Breton et le Franc-Comtois glissent respectivement aux sixième et septième positions du général, à la veille d’un dernier acte qui promet des mouvements.

C’était jour de contre-la-montre dans le Grand-Duché. Cruciale en vue du classement général final, l’épreuve chronométrée se disputait sur très exactement 25,4 kilomètres et proposait notamment une courte bosse (1,7 km à 4,5%) à la mi-parcours. Le tout faisait d’ailleurs dire à Sébastien Joly que les « hommes forts » y trouveraient leur compte. En tant que vice-champion de France de la discipline, Bruno Armirail faisait indéniablement partie de ceux-là. L’Occitan a été le premier coureur du groupe à s’élancer, et il a logiquement établi une marque de référence en 31’52. Il a même occupé le siège de leader pendant une vingtaine de minutes avant d’en être délogé. Environ une heure plus tard, ses leaders Thibaut Pinot et David Gaudu se sont à leur tour élancés, coup sur coup, et le Franc-Comtois a connu divers épisodes lors de son exercice. « J’étais dans une journée moyenne et quelques petits éléments m’ont perturbé pendant le chrono, expliquait-il. Ça m’a un peu déconcentré et j’ai eu du mal à me remettre dedans dans la deuxième partie. L’oreillette ne fonctionnait plus dans les deux derniers tiers du parcours. Or, c’était assez technique. On l’avait certes reconnu le matin, mais ça aide toujours d’avoir l’oreillette et ça permettait aussi de se jauger par rapport à Bruno. C’est un peu perturbant quand, subitement, on n’a plus rien ». « Thibaut est parti prudemment, mais il est revenu dans les temps de Bruno avant la bosse, détaillait Sébastien. Il est même passé devant lui par la suite, mais le souci de radio l’a forcément déconcentré. Il a malgré tout réussi à finir correctement ».

« Un peu déçu », Thibaut Pinot

Pointé à vingt-huit secondes du futur lauréat Mattia Cattaneo à l’intermédiaire, le grimpeur de Melisey a franchi la ligne avec 1’04 de débours sur l’Italien, prenant la 13e place du jour après le passage de tous les concurrents. « Je suis déçu car je pensais vraiment faire mieux et avoir le niveau pour faire mieux, ajoutait Thibaut. Le résultat n’est pas catastrophique mais je comptais vraiment sur ce chrono pour faire un bon résultat. Depuis ma reprise, je me suis davantage testé sur des côtes que sur des cols. Pour moi, les chronos sont donc importants afin de voir où je me situe. C’est la raison pour laquelle je suis un peu déçu ce soir ». Son jeune acolyte David Gaudu a lui réalisé une marque de trente-deux minutes tout pile ce vendredi, le plaçant au 18e rang (dans le même temps que le 15e). « David fait un beau chrono, confirmait Sébastien. Il progresse et l’a encore montré aujourd’hui. C’est le bon point de la journée ». Au terme du chrono, le Breton a reculé au septième rang et le Franc-Comtois au sixième. Tous deux comptent désormais 1’21 de retard sur le nouveau maillot jaune Joao Almeida. « On fera le bilan demain, en fonction de ce qu’on sera capable de produire en course, annonçait Sébastien. Le dénivelé est similaire à celui d’avant-hier (3300m) mais le profil est tout de même assez différent. On verra comment ça se goupille. En tout cas, le terrain est propice et on espère pouvoir renverser la vapeur ». « Qu’on termine 4e, 6e ou 8e du général demain, ça ne changera pas notre saison, concluait Thibaut. L’objectif sera plutôt de gagner l’étape. Vu ce qu’on a montré avant-hier, je crois qu’on le mérite. On essaiera de nouveau de répondre présent ».

— Alexandre to www.equipecycliste-groupama-fdj.fr

Mathieu Burgaudeau décroche son premier podium !

Mathieu Burgaudeau décroche son premier podium !

Mathieu Burgaudeau a fait sensation hier sur la Coppa Sabatini. Notre jeune coureur a pris la troisième place juste derrière des cadors du peloton.

La bonne échappée

La course s’est véritablement emballée à 50 kilomètres de l’arrivée. Quelques hommes forts sont parvenus à sortir du peloton et à revenir sur l’échappée de début de course. Mais les premiers fuyards du jour lâchent un à un. A 25 kilomètres du but, on retrouve à l’avant Sonny Colbrelli, Neilson Powless, Michael Valgren, Gianni Moscon, Antonio Pedrero, Filippo Baroncini et Mathieu Burgaudeau ! La victoire appartient aux huit fuyards.

Alors que les attaques fusent dans les derniers kilomètres, Moscon et Colbrelli affirment finalement leur supériorité et se jouent la gagne au sprint. Le pensionnaire de la formation EF Education-Nippo se montre le plus fort. Il remporte sa deuxième victoire en deux jours en Italie. Le tout récent Champion d’Europe termine lui 2e, tandis que Mathieu Burgaudeau s’est arraché pour monter sur la 3e marche du podium.

Un podium qui a un goût de victoire

À 22 ans, Mathieu Burgaudeau vient d’obtenir le meilleur résultat de sa jeune carrière. Le natif de Noirmoutier était ainsi très satisfait après la course :

“Ce n’est pas la victoire mais ça fait du bien ! J’ai pris beaucoup de plaisir en jouant avec les meilleurs, ça me manquait. Un grand merci à tous ceux qui m’ont soutenu dans la période délicate que j’ai passée et à mes coéquipiers qui ont toujours cru en moi et fait un très gros travail aujourd’hui pour me mettre dans les meilleures dispositions”

Partager

— Administrateur to teamtotalenergies.com

ANDRONI GIOCATTOLI SIDERMEC: DOPO TOSCANA E SABATINI CI SONO MEMORIAL PANTANI E TROFEO MATTEOTTI

🇬🇧

ANDRONI GIOCATTOLI SIDERMEC: AFTER TOSCANA AND SABATINI THERE ARE MEMORIAL PANTANI AND TROFEO MATTEOTTI

The intense week of competitions for Androni Giocattoli Sidermec (photo Bettiniphoto) is about to stage the appointments with Memorial Pantani (uci 1.1) and Trofeo Matteotti (Uci 1.1). Tomorrow on the streets of Cesenatico the first fan of the team will be Pino Buda, patron of Sidermec who, among other things, is also a partner of the race. In short, one more reason to do well. Sunday on the streets of Pescara of the Trofeo Matteotti another day to be experienced in particular in front of some now loyal team partners. These are the areas of Ferrometal and Regolo, but also and above all of Tenuta Ulisse, which as always has thought of something special to greet the team’s visit to Abruzzo.
Saturday will be Bais, Chirico, Cepeda, Munoz, Ravanelli, Restrepo and Tesfazion. On Sunday the same with Bisolti who will take over from Ravanelli. Leading the team Gianni Savio and Alessandro Spezialetti who will be on their home roads on Sunday.
In the meantime, for the Androni Giocattoli Sidermec the good tests at the Giro della Toscana (Uci 1.1) on Wednesday and at the Coppa Sabatini (Uci 1.Pro) yesterday, the two races that saw the success of the Danish Valgren. At Toscana Cepeda and Munoz tried to be seen in the front on the last pass of Monte Serra, with Munoz then good at finishing in the top-15 (13th). Another top-15 (15th) yesterday in Peccioli with Chirico who once again showed that he was brilliant. Bais and Munoz also did well.

— Team Androni Sidermec to teamandronisidermec.com